Accès direct au contenu

Foot - Autres

Polémique : Pierre Ménès démonte le président de la FIFA après les arrestations !

Alors que six membres de la FIFA ont été arrêtés mercredi matin pour corruption et blanchiment d’argent, Pierre Ménès n’hésite pas à monter au créneau ce vendredi en pointant du doigt Sepp Blatter, le président de l’instance.

C’est un fait, le scandale autour des interpellations de différents membres de la FIFA fait grand bruit depuis mercredi. Dans son édito de la semaine sur Direct Matin, Pierre Ménès évoque le dossier : « Lamentable et étonnante ? Évidemment, non. Comment imaginer qu’une organisation aussi riche et puissante que la Fifa puisse accorder l’organisation d’une Coupe du monde à un pays comme le Qatar grand comme l’Ile-de-France et où il fait 50 °C au mois de juin (au point de vouloir organiser un Mondial en hiver au mépris de tous les championnats majeurs) sans que certains aient été couverts de «cadeaux». On peut penser que ce Mondial est certainement dans les tuyaux des enquêteurs », lance dans un premier temps Pierre Ménès.

BLATTER DANS LE COLLIMATEUR

Le chroniqueur de Canal + tacle ensuite sèchement Sepp Blatter, le président de la FIFA : « Si le nom de Sepp Blatter, l’omnipotent président de la Fifa, a miraculeusement échappé à ce coup de filet, tout le monde sait qu’il est la première personne visée. On peut déjà lui faire le reproche de ne pas tenir ses troupes, pour rester aimable. La Fifa doit désigner aujourd’hui même son nouveau président, enfin plébisciter une fois de plus Sepp Blatter qui ne rêve qu’à une seule chose : le prix Nobel de la paix. Ne rigolez pas, c’est vrai ».

« MARADONA L’A TOUJOURS HAÏ »

Pierre Ménès poursuit : « Évidemment, tout le monde lui tombe dessus : Luis Figo, Diego Maradona, qui l’a toujours haï (…) Après, il est bien évident que diriger le foot mondial est une tâche ardue. Que les enjeux politiques et géopolitiques sont omniprésents. Et que les tentations doivent être très fortes et perturbantes. Mais les responsabilités de la Fifa sont immenses. Et le devoir d’exemplarité totale. Pour le jeu. Vous savez le jeu, le truc qu’on oublie tout le temps ».

Articles liés