Accès direct au contenu

Foot - Équipe de France

L’affaire Evra pour les nuls

Vous étiez à l’étranger ? Sur une autre planète ? Vous n’avez rien suivi de l’affaire qui fait trembler le microcosme du football français depuis plusieurs heures ? N’ayez crainte, Le 10 Sport va vous offrir une séance de rattrapage.

En résumé, Patrice Evra s’est payé 4 gros consultants français. Ces derniers n’ont pas aimé. Leurs amis non plus. Les amis de leurs amis non plus. Résultat, Evra est menacé de sanctions et pointé du doigt pour outrage à l’équipe de France et à son Histoire. Dans le détail ça donne ça :

DIMANCHE

Dimanche 11 heures, TF1 : Telefoot, qui devient chaque semaine un peu plus un rendez-vous incontournable, a obtenu un entretien exclusif avec Patrice Evra. Entretien enregistré à l’issue du match France-Finlande, le mardi précédent. Patrice Evra parle de tout, surtout de lui, beaucoup à la troisième personne. Le défenseur semble agacé puis se lâche « Ok je vais y aller, ne coupez pas ! ne coupez rien, c’est bon ! » et enchaîne sur Courbis, Luis Fernandez, Lizarazu et Pierre Ménès.

Sur Lizarazu : « Je ne sais pas ce qu’il a contre moi. J'ai été élu meilleur latéral gauche du monde et quatre fois meilleur arrière gauche d’Angleterre. Je ne sais même pas s'il a été élu une fois meilleur latéral du monde. Lors de ma première sélection, tout le monde m’a serré la main. Sauf lui. Thierry Henry lui a dit : "La relève est là" et il lui a répondu : "Pourquoi, tu crois que je suis déjà à la retraite ? »

Sur Luis Fernandez : « Michel Fernandel… Alors lui en 2008… Non, il ne faut pas couper, il ne faut pas couper ! En 2008, je lui ai fait visiter Old Trafford, il était comme à EuroDisney. Quand on lui a donné les clés du PSG, à part sucer des Chupa Chups et danser la macarena au bord du terrain, je ne sais pas ce qu’il a fait (...) Ce ne sont pas ces clochards qui vont salir mon image, elle est belle en France, à l’étranger je n’en parle même pas, je ne vais rien changer, je ne suis pas arrogant. Après la Coupe du monde, j’ai dit aux autres de partir car je savais que j’allais être le seul à prendre. »

Sur Rolland Courbis : « Rolland Tournevis, il ne fait que de parler. Ça ne me blesse pas du tout, je suis tellement heureux avec ma vie, il y a des personnes qui se lèvent à 6h, je gagne bien ma vie, mais ça touche certaines personnes de ma famille »

Sur Pierre Ménès : « Pierre Ménès, je n’ai pas envie de lui donner de l’importance mais j’espère un jour que je le croiserai. Parce que lui je pense qu’il a parlé de ma famille. On m’a dit qu’il avait dit qu’Evra serait prêt à vendre sa mère pour revenir en équipe de France. Lui, j’espère le croiser.Malouda l’a déjà croisé. Si les gens font bien attention, vous verrez qu’il ne parle plus de Malouda car Malouda l’a déjà chopé. J’espère le choper, parce que lui, le jour où il arrivera à faire huit jongles, j’arrête ma carrière »

Dimanche 11h40 : Retour plateau sur Lizarazu en gros plan, livide. Le champion du monde est très agacé : « C’est incompréhensible, c’est consternant. Il a insisté pour que ce soit diffusé, et encore je vous trouve gentils d’avoir coupé les passages les plus vulgaires. Si on était dans une cour d’école, oui je lui dirais que moi aussi j’ai été élu meilleur arrière gauche du monde, je lui rappellerais mon palmarès même si ce n’est pas le sujet. Le vrai sujet c’est l’image de Patrice Evra. Il dit que c’est notre faute, mais je trouve qu’il se débrouille très bien tout seul. Au niveau du timing, c’est nul, c’est ridicule. Les barrages approchent, Ribéry est dans une forme étincelante, nos attaquants marquent enfin, les voyants commencent à être au vert, et il vient balancer ça maintenant. On l’avait déjà perdu en Afrique du Sud, là on l’a encore perdu »

Dimanche 12h30 : Visiblement, Pierre Ménès était devant TF1 ce dimanche matin. Il réagit immédiatement sur twitter :

Premier tweet : « Bon bon bon »

Deuxième tweet : « Evra a donc menti sur Liza. Le jour où Malouda m'a croisé il s'est fait virer par la sécu de la boite »

Troisième tweet : « Je n'ai jamais dit qu'Evra était sifflé partout. J'ai dit qu'il était nul en bleu »

Quatrième tweet : « Et quand on est l'homme qui a eu l'idée de la grève à Knysna, on rase les murs et on remercie le ciel d'être encore en sélection »

Cinquième tweet : Quand à ce pauvre Christian Jean Pierre, il avait l'occasion de montrer qu'il avait qq chose dans son froc. Encore raté

Sixième tweet : Le jour où Evra fera une interview sans massacrer la langue française, j'arrêterai aussi ma carrière. #clubbacàsable

Dimanche 12h40 : Deux consultants RMC sont visés par Evra. Rolland Courbis est le premier à réagir sur la radio : « Une interview d’un footballeur qui parle à la troisième personne, qui se moque de Rama Yade, ça égaye ma journée. Moi, je n’ai pas de problème avec Evra en tant qu’homme. Je parle de l’arrière gauche. Je ne suis qu’un petit entraîneur. D’ailleurs un tournevis peut réparer pas mal de choses. J’ai la prétention de connaître ce que doit faire un arrière gauche. Evra, pour moi, est un ailier gauche moyen, qui se rappelle de temps en temps qu’il joue arrière gauche. Il accompagne ses adversaires sans les empêcher de centrer. Il parle de lui en disant que c’est un guerrier et il tourne le dos dès qu’il y a un tir de peur de la prendre dans la poitrine ou sur le visage. Evra, c’est le seul arrière gauche au monde à être de temps en temps hors-jeu, c’est un exploit »

Dimanche 14h30 : Luis Fernandez, l’autre consultant de RMC visé, réagit : « Déjà, c’est un grand honneur et un plaisir d’être comparé à ce grand acteur. La macarena, je serais tellement content de le voir la danser avec l’équipe de France. Je voudrais juste dire que le maillot de l’équipe de France, je l’ai quand même plutôt bien honoré. On a été champions d’Europe en 1984, on a fait 3ème au Mondial 1986. En tant que joueur et entraîneur j’ai gagné pas mal de titres, dont une Coupe d’Europe avec le PSG. J’ai une certaine légitimité en bleu, mais peut-être a-t-il perdu la mémoire. Je juge les éléments sur leurs performances sur le terrain, je n’attaque jamais sur la personne. On peut parfois être durs dans l’analyse, mais on s’efforce d’être juste et honnête »

Dimanche entre 11h30 et 17h00 : Extrêmement déçu d’avoir été oublié par Patrice Evra, Daniel Riolo réagit quand même sur son blog: « Evra, tais-toi ! Non Knysna n’est pas fini. Et oui, il fallait tout changer, tout raser après ce Mondial 2010. Le barrage de novembre, à cause d’Evra, s’annonce maintenant encore plus périlleux. » Et sur Twitter : « Cette affaire montre une fois de plus qu'il fallait tout raser après Knysna. Avant le barrage ça va tt plomber. Bravo Pat. La carrière d'Evra est suspendu aux pieds de Pierre Menes. Si Evra a une parole, alors c'est termine pour lui... »

Dimanche 14h30 : On apprend grâce à une intervention de Christian Jeanpierre sur lequipe.fr que des passages croustillants de l’interview ont été retirés : « Nous avons du couper, sous les recommandations du service juridique de TF1, des propos carrément diffamatoires à l'encontre de Pierre Ménès puisque Patrice Evra s'attaquait à son physique. Il y parlait d'obésité et de bijoux de famille »

Dimanche 15h : Pierre Ménès s’exprime encore. Sur RMC cette fois-ci : « C’est du niveau bac à sable, c’est la cour de récré. Ce qu’il dit est en plus un tissu d’inexactitudes. Malouda ne m’a jamais chopé, il a essayé un soir, il a été tellement brillant qu’il s’est fait virer par la sécurité d’une boîte de nuit près des Champs-Elysées. Oui, ça fait deux ans que je ne parle plus de lui, mais il n’a pas joué pendant toute une saison à Chelsea et il est aujourd’hui au fin fond de la Turquie… Franchement, qu’Evra sorte quelque chose comme ça alors que la France est en barrages, c’est se mettre une pression incroyable ».

Dimanche 18h30 : On apprend que la FFF n’exclue pas de sanctionner Patrice Evra

Dimanche 19h30 : La FFF fait un communiqué de presse. Evra est convoqué : « Suite aux propos tenus par Patrice Evra dans le cadre d'une interview accordée à Téléfoot dans le prolongement du match France-Finlande, le Président Noël Le Graët et le sélectionneur Didier Deschamps, après avoir noté qu'aucune attaque n'avait été formulée à l'encontre de la FFF, de l'Equipe de France, de son sélectionneur et de ses joueurs, ont décidé de demander à Patrice Evra de venir s'expliquer sur certaines déclarations visant des consultants de l'audiovisuel »

Dimanche 19h30 : Le Canal Football Club sur Canal Plus le moment que tout le monde attendait. Sur le plateau Pierre Ménès et le sélectionneur de l’équipe de France, Didier Deschamps. Ménès ne tentera pas les huit jongles. Deschamps : « J’ai découvert le contenu de l’interview ce matin comme vous tous pendant l’émission. Même si après je peux comprendre sur le fond ce qu’il a dit. C’est quelqu’un qui est à bout par rapport a une situation. C’est un problème de personnes entre Patrice Evra et quatre consultants. Avec le président (Le Graët), on recevra Evra pour lui demander des explications ce qui me semble logique Je ne lui donne pas raison mais c’est dur. C'est un dérapage »

LUNDI

Lundi 13h30 : Un groupe Facebook en soutien à Patrice Evra prend de plus en plus d’ampleur. 36000 à cette heure, plus de 50000 mardi.

Lundi 15h45 : Noël Le Graët intervient sur le plateau de l’Equipe21 : «Evra ? On commence à avoir l’habitude de régler les problèmes. Je vais le rencontrer très rapidement. En attendant, il faut prendre les choses dans l’ordre. Evra va être invité à se déplacer à Paris dans les délais les plus courts afin de s’expliquer à ce sujet »

Lundi 16h : Noel Le Graët poursuit sa tournée des médias et présente cette fois des excuses à Luis Fernandez sur RMC : « Mais je voulais déjà dire à Luis, que au niveau de la Fédération, nous lui présentons des excuses, ce sont des propos qui n’ont pas de sens. On peut effectivement parfois s’accrocher les uns et les autres, mais je ne trouve pas ça très élégant. »

Lundi 20h : Le Graët passe sur RTL pour retrouver Lizarazu et… s’excuse : « Encore une fois Liza je suis vraiment, vis-à-vis de vous, gêné, la Fédération vous présente des excuses. Ca me gêne parce que vous êtes quelqu’un que j'apprécie, bien aimé, vous connaissez bien le foot et vous êtes plutôt un partenaire loyal de l'équipe deFrance lorsque vous avez des commentaires réaliser. Vous faites votre métier en disant quand c'est bien, quand c'est moins bien vous le dites aussi chacun doit faire son métier »

Lundi 21h : Domenech prend la défense d’Evra sur le plateau de Ma Chaîne Sport : « Il y a un côté positif que vous, médias, négligez. C'est l'impact que peut avoir un joueur dans une équipe. La moitié des joueurs de l'équipe de France pense sûrement la même chose que lui mais ne peut pas le dire. Que quelqu'un soit capable de dire ça, ça renforce sa position de leader et ça peut souder les mecs. L'effet peut être positif, on ne peut pas encore savoir. On verra en fonction de ce qui se passe lors des barrages »

Lundi 22h : Frank Leboeuf, champion du monde intervient sur RMC : « Si j’avais été son coéquipier, je l’aurais appelé et je lui aurai demandé : ’’mais pourquoi maintenant ?’’ Il chie dans les bottes de DidierDeschamps. Il y a une échéance énorme et il t’arrive ce pavé dans la mare. Tu n’en as pas besoin. Qu’il règle ses comptes avec les quatre mecs. On n’a pas besoin d’en faire plus. »

MARDI

Mardi 08h : Pierre Ménès accorde une interview très intéressante à 20 minutes : « Mes deux vraies premières fonctions, c’était d’avoir de l’expertise et de l’information. Aujourd’hui, c’est sûr qu’on me demande surtout mon avis. C’est différent. Quand j’étais plus jeune, on se foutait de mon avis, aujourd’hui, non. Mais les attaques d’Evra ne concernent pas mes analyses footballistiques. Il ne dit pas que je n’y comprends rien. J’ai fait une vanne en citant sa mère, on a l’impression que j’ai fait un crime contre l’humanité. Pffff… Qu’il ne m’aime pas… Là, il ne m’a pas critiqué, il m’a menacé et insulté. C’est différent. Il dit «il n’a pas intérêt à me croiser». Je pourrais lui dire la même chose. Sur le terrain il court plus vite que moi, mais pour le reste, je demande à voir. »

Mardi 09h : Yohan Cabaye revient sur la sortie médiatique d’Evra dans Le Parisien : « Pat est assez grand pour savoir ce qu’il dit. C’est un problème personnel entre lui et les quatre personnes qu’il a citées. L’équipe de France n’est pas trop impliquée là-dedans. Cette histoire ne regarde que lui. »

Mardi 13h : François Manardo, l’ancien attaché de presse de l’équipe de France pendant la Coupe du monde 2010 revient sur la sortie médiatique de Patrice Evra dans une lettre ouverte publiée sur le site du Monde,. S’il lui reproche un mauvais timing, Manardo n’accable par Evra et assure de son amour pour le maillot bleu. Il confit également des détails au sujet de la grève de Knysna. Morceaux choisies :

« Quelle énergie inutile ! Quel mauvais timing ! Et quelle méconnaissance du palmarès de Bixente Lizarazu et de Luis Fernandez en Bleu, toi qui y attaches justement tellement d'importance. Un beau jour, il faudra pourtant crever la bulle. Dire ce que tu as avais sur le cœur en Afrique du Sud. Dire que tu t'es (très) inutilement sacrifié sur l'autel de la sacro-sainte intimité du vestiaire, à y jouer les combattants de l'inutile. »

« En France, tu as un bus tatoué sur le front, Patrice. Ça, tout le monde le sait et personne ne l'oubliera de sitôt. Malheureusement, ce que l'on devine beaucoup moins, c'est l'amour sincère et sans réserve que tu portes à l'équipe de France. »

« Si seulement, Patrice, au lieu de me demander de le lire, tu avais lu ce communiqué de malheur en l'amputant de la partie où vous annonciez votre grève, et qu'ensuite tu avais commandé à tes coéquipiers de s'entraîner ! »

« Le lendemain, on (re)toucha le fond : conscient comme beaucoup d'autres joueurs de l'infâmie de la veille, Evra fut privé à la dernière seconde par le sélectionneur de conférence de presse FIFA à Bloemfontein, où il voulait absolument présenter les excuses des Bleus aux Français. »

Mardi 18h : Sir Alex Ferguson et David Moyes soutiennent Evra sur le site du Monde. « Je n'ai jamais eu aucun problème avec Patrice. C'était un grand capitaine, un grand professionnel. Cet épisode lors du Mondial 2010 en Afrique du Sud est malheureux. À l'époque, c'était le capitaine et il devait prendre sur lui-même pour représenter les joueurs auprès du sélectionneur. C'était quoi son nom déjà ? Ah oui, Domenech. Si j'avais pu attraper Evra à ce moment-là, je lui aurais conseillé de ne pas faire ce qu'ils ont fait », déclare Ferguson. « Je ne sais pas ce que l'on pense de Pat en France mais je sais qu'à Manchester on le tient en haute considération. C'est un excellent joueur, il est fantastique dans le vestiaire et je ne peux que dire du bien de lui », assure de son côté David Moyes.

Mardi 20h : Laurent Blanc en conférence de presse : « Evra ? No comment. » L’ancien sélectionneur de l’équipe de France n’a pas gardé un grand souvenir de Patrice Evra sous le maillot bleu. Notamment lors de l’Euro 2012.

Mardi 22h : L’UNFP à la rescousse d'Evra : « Pourquoi la presse française en fait-elle des tonnes depuis dimanche matin ? Pourquoi la même presse ne s’était-elle pas élevée avec la véhémence qu’on lui connaît - parfois - pour dénoncer les propos de Pierre Menès, par exemple, mêlant la famille de l’international français à son désir de revenir en équipe de France ? Pourquoi la FFF, qui convoque aujourd’hui le joueur, ne s’en était-elle pas émue, à l’époque, soutenant ainsi un joueur, qui a plus besoin d’être aidé, que d’être à nouveau condamné ? Au nom de la liberté de la presse et de la surenchère générée par les nouveaux médias, certains pensent pouvoir tout dire sans jamais en assumer les conséquences, sans jamais mesurer le mal qu’ils peuvent faire souvent... Surtout sans jamais être critiqués en retour », déclare le syndicat des joueurs dans un communiqué.

Articles liés