Accès direct au contenu

Omnisport

Yannick Poterie (SNVBA) : «Il faut faire confiance aux nouvelles générations»

Sur les terres de Pornichet, Bpifrance a organisé la 5e étape de son extraordinaire Big Tour. L’occasion pour le président du Saint-Nazaire Volley Ball Atlantique, Yannick Poterie, de venir à la rencontre des forces vives de l’entreprenariat français et d’évoquer la construction d’un nouveau modèle pour le monde du sport.

Comme celui de l’Entreprise et de l’Industrie, le monde du Sport doit faire face à la crise du Coronavirus. Et pour l’ensemble des clubs, il a fallu s’adapter. En ajustant les budgets à venir, en préparant une saison qui ne sera sans doute pas comme les autres et en profitant de la période pour envisager un nouveau modèle de fonctionnement. Président du Saint-Nazaire Volley Ball Atlantique, Yannick Poterie a pu profiter de sa présence sur la 5e étape du Big Tour, la tournée du renouveau des entreprises et savoir-faire français, pour évoquer ces changements profonds : « L’impact du Covid est assez mesuré pour nous. D’abord parce que notre budget est monté depuis un petit moment déjà. Nous devions le transmettre aux instances de contrôle avant la fin avril. Et nous avions mis en place un budget avec une baisse sensible du partenariat privé, tablant sur le possible retrait de certaines entreprises, ce qui peut se comprendre au regard du contexte. Mais depuis le 11 mai, nous avons la bonne surprise de recevoir des retours très positifs et beaucoup moins de défection que nous pouvions le prévoir. Les entreprises du secteur de l’évènementiel et de la restauration sont particulièrement touchées et pour eux, c’est compliqué. Mais nous sommes agréablement surpris de voir les retours positifs et notre projet qui continue d’avancer. On se montre prudent par rapport à la billetterie et aux recettes du bar, compte-tenu des réglementations en cours, on sait que l’on sera impacté sur notre fréquentation et les recettes associées. A cette prudence, on affiche beaucoup d’envie et d’espoir de pouvoir retrouver les terrains, notre public, notre passion ».

« L’innovation est un des leviers majeurs »

Cette joie de retrouver le public, les gens, c’est l’un des moteurs de Bpifrance, à l’initiative de ce Big Tour qui connait un véritable succès populaire (2 515 613 personnes physiques et digitales sur les 5 premières étapes !), dans le plus strict respect des conditions sanitaires. Et Patrice Bégay, Directeur Exécutif Bpifrance, porte sur chaque étape un discours positif, résolument tournée vers les valeurs de cette tournée : l’innovation, l’écologie et l’envie de repartir en conquête. « L’innovation est un des leviers majeurs dans l’industrie de demain et c’est ce que nous souhaitons montrer aux Français cet été. Ce Big Tour a pour vocation de montrer tous les savoir-faire français, aussi bien industriel que technologique ou de l’innovation. La French Fab, le French Tech, la French Generation, la transition, le climat… Tous réunis sous ce même étendard du Big Tour. Il nous faut créer les emplois de demain par la reconstruction écologique qui réconcilie production et climat. Ce Big Tour est une tournée ambitieuse pour montrer aux Français que tout est possible. On peut entreprendre sa vie, chacun est libre de réaliser ses rêves. Oui, c’est la tournée du renouveau, de la relance, de la reprise ».

« Un jeune est totalement impliqué quand on lui fait confiance »

Pour Yannick Poterie, ce renouveau passe par la confiance et la transmission. Avec aux commandes, une nouvelle génération prête à tout donner pour construire : « En matière d’innovation et surtout de communication, il faut savoir faire confiance à la nouvelle génération. Les dirigeants de club sont très souvent des personnes expérimentées, donc d’un certain âge. A l’heure du digital, je sais parfaitement que mes compétences sont limitées dans ce domaine. Et c’est pour cette raison que nous avons embauché un jeune encore en formation afin qu’il puisse travailler notre secteur marketing, communication et participer à la création d’événement. Il faut accepter que la nouvelle génération prenne ses responsabilités. Car un jeune est totalement impliqué quand on lui fait confiance. Notre rôle est de verrouiller un message, avec un cadre de valeurs pour écrire l’histoire du club et du projet que l’on met en place. Ça, c’est important et c’est le rôle du dirigeant. Mais sur la partie opérationnelle, il faut faire confiance. Il faut laisser la nouvelle génération travailler et mettre en place des choses ».

Articles liés