Accès direct au contenu

Le rebelle

Real : L’étonnante polémique qui tiraille Özil

Real : L'étonnante polémique qui tiraille Özil

Face au Borussia Dortmund (1-2), mercredi, Mesut Özil s’est fait remarquer d’une manière pour le moins surprenante. Le milieu de terrain a arboré lors de la première mi-temps des chaussures de football Nike. De retour des vestiaires, le Merengue est ensuite réapparu avec des Adidas aux pieds. Explications.

Vivement critiqué par José Mourinho, il y a plusieurs semaines, Mesüt Ozil vit des moments des difficiles. Depuis le début de la saison, l’ancien joueur du Werder Brême est moins décisif. Au-delà de ses performances purement sportives, Özil est également au cœur d’un imbroglio avec les deux plus gros équipementiers que sont Nike et Adidas. Alors que son contrat avec la firme américaine prenait fin l’été dernier, l’international allemand a eu une idée originale. Lors de plusieurs matchs de pré-saison, il a décidé de jouer avec des chaussures Adidas. Une décision que « la marque à la virgule » n’a pas du tout apprécié, décidant même de lui coller un procès.

150 000 euros d’amende si Özil porte des Adidas
Le contrat du joueur de 24 ans arrivant à échéance, Nike avait toujours le droit de s’aligner sur toute offre d’un autre équipementier et ce avant qu’Özil s’engage chez la concurrence. Merci la clause de « dernier refus. » Sauf que l’ancien de Schalke 04 n’a rien présenté de tout cela. Le tribunal d’Amsterdam a donc rendu son verdict en faveur de l’entreprise américaine : le Madrilène n’a plus le droit de porter des souliers de la firme allemande, jusqu’au 31 décembre 2012, sous peine de se voir infliger une amende de 150 000 euros à chaque fois qu’il les arborerait. Le numéro 10 du Real se retrouve donc obligé de porter des chaussures Nike.

Des chaussures toutes blanches avec l’Allemagne
Mais Özil a d’abord trouvé une parade avec la Nationalmannschaft. Lors de plusieurs rencontres de sa sélection, il a utilisé des crampons tout blancs, sans signes ostentatoires. Même si les F50 Adizero sont des Adidas, le joueur a le droit car le logo de la marque n’est pas voyant. Seulement, le Merengue a de nouveau fait des siennes, mercredi, pour son retour au pays. Sur la pelouse de Dortmund, le coéquipier de Karim Benzema a chaussé des Nike lors du premier acte avant de revenir avec des cuirs de la firme aux « trois bandes ». Un nouvel affront pour la marque américaine qui risque de ne pas d'en rester là.

Par Thomas Figueiredo