Accès direct au contenu

Foot - Mercato - ASSE

Mercato - ASSE : Ravichak, Markarian... Pour la vente du club, tout est relancé !

Attendue depuis de nombreux mois, la vente de l'ASSE tarde à se concrétiser et plusieurs candidats semblent déjà écarter, mais pas Norodom Ravichak, qui semble aujourd'hui le mieux placé. Bien que Bernard Caïazzo continue de prospecter.

Ce n'est un secret pour personne, l'AS Saint-Etienne est en vente. Bernard Caïazzo et Roland Romeyer ont mis le club en vente en avril dernier, et ce dernier affichait même la volonté d'accélérer : « À un moment ou un autre on va bien finir par y arriver c'est obligé. Moi je souhaiterais que cela se fasse avant la fin de l'année civile. Si l'on trouve le bon candidat, qui répond à nos critères, le changement cela ne pourra normalement qu'être bénéfique pour le club. » Toutefois, il semble aujourd'hui peu probable de voir le club du Forez être vendu avant la trêve hivernale comme le souhaitait Roland Romeyer. Et pourtant, plusieurs candidats ont eu accès à la data room, étape cruciale du processus de vente. C'est notamment le cas de Norodom Ravichak. En effet, bien que L'Equipe ait annoncé que le Prince du Cambodge s'était retiré des négociations, le10sport.com vous révélait en exclusivité qu'il est en réalité toujours dans le coup et bien décidé à mener à bien son projet. 

Le Prince du Cambodge est toujours là... c'est plus compliqué pour Markarian 

Un information confirmée par Peuple-Vert. Le média spécialisé sur l'actualité de l'ASSE affirme en effet que rien ne semble pouvoir écarter Norodom Ravichak de sa volonté de racheter le club du Forez. Et pourtant, de nombreux facteurs auraient pu le dissuader à l'image des violences en Ligue 1, des 5M€ réclamés par Ruffier suite à son licenciement ou encore le classement des Verts en Ligue 1, toujours lanternes rouges. Mais le Prince du Cambodge est bien toujours en course dans ce dossier. Il est même le mieux placés compte tenu du fait qu'il peut s'appuyer sur des fonds chinois très solides. Ce qui n'est pas le cas d'Olivier Markarian, porteur d'un projet local qui a les faveurs de Roland Romeyer. Mais le groupe financier luxembourgeois qui accompagne l'entrepreneur français n'offre pas les mêmes garanties en proposant un chiffre d'affaire annuel de 26M€. Autrement dit, le projet d'Olivier Markarian a très peu de chance d'aboutir. Par conséquent, c'est pour le moment le Prince du Cambodge qui est le mieux placé. Mais toujours d'après Peuple-Vert, Bernard Caïazzo continue de rêver de l'arrivée d'un investisseur très puissant. C'est la raison pour laquelle sa recherche s'oriente vers les Etats-Unis et les pays du Golfe. La vente de l'ASSE est donc encore loin d'être bouclée...

Articles liés