Accès direct au contenu

Foot - PSG

PSG - Clash : Javier Tebas va donner des preuves pour faire tomber le Qatar !

Depuis plusieurs années, Javier Tebas mène une guerre au PSG et essaie de faire tomber le club de la capitale. Le patron de LaLiga assure avoir des preuves prouvant que les Parisiens trichent.

C'est devenu une habitude. Javier Tebas passe son temps à critiquer le PSG et ne digère pas que le club de la capitale puisse dépenser autant d'argent. Il faut dire qu'en 2017, le club de la capitale a fait sauter la clause libératoire de Neymar fixée à 222M€ tandis que cet été, c'est Lionel Messi qui s'est engagé avec le PSG. Et le président de LaLiga estime que les dirigeants qataris brisent toutes les règles et il annonce pouvoir le prouver.

«Je critique le PSG, car il ne génère pas l’argent pour avoir l’effectif qu’il a»

« Si je critique le PSG en raison des recrutements de Neymar et Messi ? C’est se mentir à soi-même que de penser cela. Je critique le PSG, car il ne génère pas l’argent pour avoir l’effectif qu’il a. Cela provoque une distorsion de concurrence dans l’économie du football européen. Cela ne correspond pas à du sponsoring réel. Comment le PSG peut nous expliquer qu’il a un effectif d’une valeur de quasiment 600 millions d’euros ? S’il gagne la Ligue 1, il ne va pas gagner plus de 45 millions d’euros… C’est impossible. J’ai invité le président du PSG et celui de la Ligue française pour leur montrer les chiffres que nous avons et où sont les irrégularités. Ils ne m’ont pas répondu. Ils sont rapides pour me critiquer, pas pour me répondre. Je peux montrer, chiffres à l’appui, les tricheries vis-à-vis du fair-play financier, qui n’a pas encore été changé. Avant Messi, le PSG avait un sponsoring 40% plus important que celui de Manchester United… Il y a une valeur de marché… Que Messi et Neymar restent au PSG, ça m’est égal. C’est seulement que tout cela fait beaucoup de mal au football européen. Je ne suis pas le seul à le dire. Le PSG a échappé à une sanction pour un vice de procédure, pas sur le fond », lance Tebas dans les colonnes de L'Equipe.

Articles liés