Accès direct au contenu

Foot - Mercato - OM

Mercato - OM : Maxime Lopez dévoile les raisons de son départ !

Devenu indésirable à l’OM, Maxime Lopez a signé à Sassuolo alors qu’il était notamment convoité par le FC Séville cet été. Et ce choix a été pris après deux conversations distinctes avec Roberto De Zerbi et Jérémie Boga.

Né à Marseille et ayant fait toutes ses classes au sein des équipes jeunes de l’OM, Maxime Lopez aura effectué quatre saisons au sein de l’équipe séniors de son club formateur. En effet, plus vraiment désiré par André Villas-Boas, le milieu de terrain de 22 ans s’en est allé du côté de l’US Sassuolo où il va retrouver son ami d’enfance Jérémie Boga qui a joué un rôle important dans sa venue.

Jérémie Boga et Roberto De Zerbi, les clés de la décision de Maxime Lopez

« Avec Jérémie (ndlr Boga), honnêtement, tout s’est passé à partir de dimanche. Par rapport aux contacts entre Sassuolo et moi. Et Jérémie m’a écrit, m’a demandé comment ça allait, a pris de mes nouvelles. C’est vrai qu’avec Jérémie on se connaît depuis qu’on a sept ans. Il jouait dans un autre club de Marseille et on jouait contre. Il nous faisait très mal, il était très fort, lui est parti à Chelsea, je suis resté à Marseille. Mais il m’a dit que du bien d’ici. Il m’a simplement dit la vérité. Il m’a dit qu’il y avait une très belle équipe avec de très bons joueurs, ce qui est vrai. Il a facilité mon choix de venir ici ». Voici le message que Maxime Lopez a fait passer samedi lors de sa conférence de presse de présentation comme nouveau joueur de Sassuolo avant d’évoquer une discussion téléphonique déterminante avec Roberto De Zerbi, entraîneur du club italien. « Ma venue à Sassuolo, c’est venu de l’intérêt du coach, mister De Zerbi. J’ai parlé avec lui au téléphone et au bout de cinq minutes j’avais envie de venir ici, honnêtement. Parce que c’est un grand coach et un très grand tacticien. J’ai entendu que du bien de lui ici en Italie. J’ai pas mal d’amis qui jouent dans le championnat italien, et j’ai entendu que du bien de mister De Zerbi. Honnêtement, au bout de cinq minutes j’avais envie de venir ici ».

Articles liés