PSG : Après l'énorme polémique, Galtier sort enfin du silence
Arthur Montagne

Ces dernières heures, la polémique concernant la sortie de Christophe Galtier n'a pas cessé d'enfler. L'entraîneur du PSG avait ironisé après les propos du directeur des TGV-intercités, Alain Krakovitch, qui invitait les Parisiens à privilégier les trains plutôt que l'avion. Face au tollé suscité, le technicien français a décidé de mettre les choses au clair après la victoire contre la Juventus (2-1). 

Lundi, en conférence de presse, Christophe Galtier ne pensait déclencher une telle vague de réaction. Et pourtant, la réponse de l'entraîneur du PSG à l'invitation du directeur des TGV-intercités, Alain Krakovitch, de privilégier l'avion au train pour les déplacements courts, n'a pas manqué de susciter la polémique. « Je me doutais qu'on allait avoir cette question-là. Ce matin, on a parlé avec la société qui organise les déplacements et on va voir si on ne peut pas se déplacer en char à voile », lâchait Galtier devant les médias. Conscient de la polémique engendrée par ses propos, le coach parisien a tenu à mettre les choses au clair.

«Cette blague arrive au mauvais moment»

« Ce n’était pas le moment de faire ces propos. Je le regrette. C’était une blague de mauvaise qualité, pas au bon moment. Je suis concerné par les problèmes de climat, les problèmes de notre planète. Je sais la responsabilité que nous avons. J’ai entendu qu’on était hors sol, c’est faux. On est lucide. Cette blague arrive au mauvais moment, elle est de mauvais goût », lance Christophe Galtier au micro de Canal+ avant de poursuivre.

«Ma blague n’était pas top et je l’ai su rapidement en rentrant à la maison»

« Je le regrette, mais de là à en faire une polémique et nous faire passer pour ce que nous ne sommes pas, j’ai des joueurs qui font attention au climat. On leur reproche beaucoup de choses, mais j’ai des joueurs sérieux. On fait attention, on se déplace à Lille, on a fait 2h45 de bus dans la journée, au retour 2h45 de bus. On est conscient des enjeux climatiques. Je finis par ça, je le regrette, mais je crois qu’en France, ce n’est plus possible de faire de l’humour. Ma blague n’était pas top et je l’ai su rapidement en rentrant à la maison », ajoute-t-il.

Articles liés