Accès direct au contenu

Foot - OM

OM - Polémique : Payet, OL… La nouvelle sortie fracassante du clan Longoria après la décision de la LFP !

Interrogé par La Provence, le directeur de la communication de l’OM Jacques Cardoze a vivement réagi aux sanctions décidés par la LFP contre l’OL après le jet de bouteille sur Dimitri Payet le 21 novembre dernier. 

La sentence est tombée ce mercredi soir. La commission de discipline de la LFP a décidé d’infliger un point de retrait ferme à l’OL suite aux incidents survenus au Groupama Stadium le 21 novembre dernier, et le jet de bouteille sur Dimitri Payet provoquant l’interruption de la rencontre face à l’OM. Le match se rejouera à Lyon sans public, mais l’affaire ne devrait pas en rester là. Alors que le directeur de la communication du club phocéen Jacques Cardoze, furieux de l’absence de dirigeant marseillais à cette commission, a fustigé la LFP avant l’annonce des sanctions, l’Olympique Lyonnais a répliqué dans un communiqué, fracassant la sortie du dirigeant de l’OM tout en annonçant que le club se réserve le droit de faire appel de la décision de la Ligue. Interrogé par La Provence, Jacques Cardoze s’est de nouveau prononcé sur le sujet, et a critiqué sans surprise le verdict. 

« Une humiliation suprême » 

« Cette décision est profondément décevante, je dirais même humiliante pour les joueurs. À Nice, on a frappé un de nos joueurs ; le club a été sanctionné d'un point ferme. À Lyon, un de nos joueurs a de nouveau été frappé, et Lyon s'en tire avec un point ferme. Si je comprends bien le message envoyé par la Commission de discipline à l'ensemble des joueurs de Ligue 1, se faire frapper vaut 1 point ferme ; mais ça donne aussi la possibilité de rejouer un match. C'est une décision qui me paraît extrêmement dangereuse, risquée. Elle signifie que si on envoie 20 bouteilles sur la tête des Marseillais, on aura la possibilité de rejouer les 20 matches. C'est sans risque pour le club recevant, mais extrêmement pénalisant et humiliant pour le club victime. Si on reçoit 20 bouteilles dans l'année, on devra rejouer 20 matches ? C'est inéquitable. On a déjà rejoué Nice, on nous demande de rejouer Lyon, qui plus est en nous demandant de retourner à Lyon, une humiliation supplémentaire. Cette décision ne nous va pas. Depuis ce week-end, la rumeur courait qu'on n'aurait pas match gagné sur tapis vert. On ignorait totalement jusqu'à mardi midi qu'on ne nous convoquerait pas. On l'a vécu comme une humiliation suprême, comme un déni de justice », explique Jacques Cardoze.

Articles liés