Accès direct au contenu

Basket

Basket - NBA : Cette légende monte au créneau pour LeBron James

Pointé du doigt pour avoir quitté le parquet avant même la fin du match face au Heat lors du match 3, LeBron James a reçu le soutien d’Isiah Thomas qui a vécu cette expérience par le passé face aux Chicago Bulls.

À la toute fin du match 3 de ces finales NBA opposant les Lakers au Heat, LeBron James a décidé de s’éclipser, l’issue de la rencontre étant déjà connue. En effet, le Miami Heat se dirigeait vers une victoire certaine et James était trop énervé et dégoûté pour occuper son poste jusqu’à la fin du match. En conférence de presse, King James avait d’ailleurs fait son mea culpa par rapport à sa prestation. Pour avoir déserté le parquet, James s’est attiré un bon nombre de critiques. Mais pour Isiah Thomas, l’attitude de la star de la franchise de Los Angeles n’est pas à remettre en cause.

« J’estime que vous tous qui n’avez jamais évolué au plus haut niveau devriez comprendre que nous sommes des êtres humains émotifs et passionnés »

« Je me dois d’apporter un peu de contexte historique à tout ça. Dans ma jeunesse, quand quelqu’un faisait preuve de ce qu’on appelle un « esprit sportif déplorable », que ce soit un coach ou un joueur, tout le monde se montrait compréhensif et laissait filer. C’était assez courant à mon époque de ne pas en tenir cas. Je trouve que, de nos jours, on se montre très sélectifs – et j’insiste sur ce mot – très sélectifs dans nos critiques envers ceux qui ne se serrent pas la main. J’étais présent lors de toutes les Finales entre Lakers et Celtics, et je n’ai jamais vu Magic (Johnson) et Larry (Bird) se serrer la main et se congratuler à la fin d’une série. Ces deux-là étaient mes idoles, mes modèles en matière de comportement. Je n’ai donc jamais vu Larry Bird serrer la main (de Magic), ni s’excuser de ne pas l’avoir fait. Je pense que ce que l’on est en train de voir, c’est une critique sélective sur ceux qui le font, et ceux qui ne le font pas. J’estime que vous tous qui n’avez jamais évolué au plus haut niveau, pour un titre, devriez comprendre que nous sommes des êtres humains émotifs et passionnés, qui, dans ces circonstances, acceptent mal la défaite. C’est très blessant de perdre un match en Finales, ou en finales de conférence, donc vous devriez être moins sélectifs dans vos critiques, et un peu plus indulgents envers les sportifs dans ces situations ». a confié celui que l’on appelait The Baby Face Assassin lors de son passage chez les Bad Boys des Detroit Pistons, à First Take on ESPN dans des propos rapportés par Parlons-Basket. 

Articles liés