Accès direct au contenu

Foot - Mercato - ASSE

Mercato - ASSE : Romeyer et Caïazzo reçoivent un coup de pression pour la vente du club !

Depuis plusieurs mois, la question d’une vente de l’AS Saint-Etienne revient sur la table. Maire de la ville, Gaël Perdriau n’a pas hésité à interpeller Roland Romeyer et Bernard Caïazzo concernant l’avenir du club, d’autant que les relations avec les supporters se compliquent. 

L’ASSE va-t-elle changer d’ère dans les prochains mois ? Alors que le club stéphanois est à la peine sportivement, plusieurs pistes se présentent pour un changement de prioritaire dans le Forez. D’après les informations divulguées par le10sport.com en janvier dernier, un investisseur chinois, basé en Europe et disposant a priori d’une grosse surface financière, aurait manifesté son intérêt pour le rachat de l’AS Saint-Etienne. Il y a quelques jours, c’est l’ancien joueur et entraîneur du club Laurent Roussey qui a annoncé être porteur d’un projet pour mettre la main sur l'écurie stéphanoise avec Jacques Pauly, disposant selon lui «  de grandes capacités financières ». Une annonce qui avait fait sortir de ses gonds l’ASSE. « L’AS Saint-Etienne déplore des tentatives de déstabilisation qui se succèdent au moment précis où le club est confronté à des enjeux économiques et sportifs majeurs », avait notamment dénoncé le club dans un communiqué. Interrogé sur la situation actuelle, le maire de Saint-Etienne Gaël Perdriau a interpellé les deux présidents de l’ASSE et demande plus de transparence concernant leurs intentions. 

« L'ASSE a besoin d'un nouveau souffle »

« Il me semble que ce serait dans l'intérêt du club. Et dans l'intérêt général. L'ASSE n'appartient pas qu'à ses dirigeants mais à tous les Stéphanois et même au-delà puisque le club compte des supporters partout en France. L'ASSE, c'est un bien public. Je note d'ailleurs que sur ce point, nous sommes d'accord avec les présidents. Roland Romeyer et Bernard Caiazzo ont promis de céder le club en cas de projet sportif intéressant, sans en faire une histoire d'argent. J'espère qu'ils tiendront cette promesse. J'estime que le club a besoin d'un souffle nouveau. Si les dirigeants actuels en sont porteurs, même s'ils sont là depuis 17 ans, je n'y vois aucun problème. Mais il me semble que ce n'est pas le cas aujourd'hui. Cette question d'une fin de cycle, les dirigeants y avaient répondu eux-mêmes quand ils s'étaient positionnés pour vendre. Ce qui inquiète aujourd'hui, c'est avant tout le manque de lisibilité par rapport à l'avenir, le manque de perspectives. C'est en ce sens que je dis que l'ASSE a besoin d'un nouveau souffle », a confié Gaël Perdriau dans un entretien accordé à But

« Caiazzo et Romeyer ont toujours dit qu'ils ne feraient pas d'argent sur le dos du club »

Par ailleurs, Gaël Perdriau n’a pas manqué également de réagir aux décisions polémiques qu’aurait prises l’Assemblée Générale de l’ASSE en septembre 2020, qui aurait voté 600 000€ de dividendes pour ses actionnaires en pleine crise du Covid-19, alors que le club aurait annoncé dans le même temps un déficit de l’ordre de 35M€. « Ils ont emprunté, ils ont fait appel au PGE, qu'il faudra rembourser, ils ont beaucoup vendu, avec des ventes historiques, mais beaucoup de clubs se retrouvent dans une situation difficile avec le Covid, Mediapro, la baisse des recettes marketing, l'absence de billetterie. Ce qui me met mal à l'aise, ce sont les dividendes. Normalement, les actionnaires en prennent quand l'entreprise fait des bénéfices mais là, on a vu les révélations des supporters. Les dirigeants disent que ce n'est pas vrai mais ils laissent quand même planer le doute. Ce n'est pas bon. Il y aurait un vrai décalage entre les discours et les actes. J’ai abordé le sujet avec Roland Romeyer. Il m'a dit que c'était faux. Je lui ai dit que ce serait bien de démentir officiellement, dans un souci de transparence et pour préserver les liens entre le club et les supporters. Bernard Caiazzo et lui ont toujours dit qu'ils ne feraient pas d'argent sur le dos du club », a ajouté le maire de Saint-Etienne à But. Reste à voir désormais si ce climat tendu amènera un changement de propriétaire à l’avenir.

Articles liés