Foot - OM
OM : Tensions, critiques… La fin de l’état de grâce pour Longoria ?

Alors que son travail est largement salué depuis près de deux ans, Pablo Longoria semble enfin faire face aux premiers dossiers délicats à gérer. En interne, le président de l’Olympique de Marseille souhaiterait modifier plusieurs choses, mais son projet ne ferait vraisemblablement pas l’unanimité auprès de ses collaborateurs.

Après des débuts tonitruant, la machine semble s’être un peu enrayée. Voilà douze jours que l’OM n’a plus connu la victoire et si la défaite face à Francfort a douché les espoirs européens du club (0-1), le match nul contre le Stade Rennais a freiné la course en Ligue 1 (1-1), laissant le PSG s’échapper. Certains n’ont pas tardé à pointer le doigt sur Igor Tudor et ses méthodes ainsi que ses choix parfois discutables, mais le problème semble venir d’ailleurs.

« S’il y a eu des mauvais résultats cette semaine, c’est qu’il y a une mauvaise ambiance au club »

Ce lundi, au lendemain du match nul contre le Stade Rennais, une réunion a été organisée par Pablo Longoria. Étaient présents tous les hommes de l’ombre de l’OM, avec les différents dirigeants ainsi que les employés administratifs. A cette occasion, le président marseillais aurait lâché d’après L’Équipe : « S’il y a eu des mauvais résultats cette semaine, c’est qu’il y a une mauvaise ambiance au club ».

Le discours de Longoria ne passe plus

Car le patron de l’OM estimerait, toujours à en croire L’Équipe, que tout le club a besoin de plus de discipline et de rigueur. Une vieille anecdote sur Steve Mandanda et un hamburger a ainsi fuité, et des premières tensions se seraient faites sentir. Certains en interne reprochent un double discours à Pablo Longoria, qui réclamerait une chose à ses collaborateurs tout en faisant l’inverse de son côté. « L’austérité, oui, mais à tous les niveaux alors » aurait balancé un membre de l’OM, évoquant certains choix de Longoria lors de ses déplacements.

Le clan des Espagnols et la pression de McCourt

Pour ne rien arranger, des histoires de clans commenceraient à se mettre en place à l’OM et cela concernerait notamment les hispanophones. Pablo Longoria, Javier RibaltaMarco Otero et Pedro Iriondo seraient perçus comme tout puissants et intouchables, alors que le reste de l’organigramme marseillais est régulièrement mis en discussion selon L’Équipe. A cela s’ajoute une certaine pression mise par le propriétaire Franck McCourt, qui souhaite récupérer entre 19 et 20M€ avant juin prochain. On dirait bien que Longoria est face à sa première grosse crise...

Articles liés