Accès direct au contenu

Foot - Équipe de France

Barrage France/Ukraine : 5 raisons de croire à l’exploit et à la Coupe du monde

Franck Ribéry

Battue en Ukraine lors du barrage aller (2-0), l’équipe de France semble aujourd’hui très loin de la prochaine Coupe du monde au Brésil. La formation de Didier Deschamps est condamnée à l’exploit. Le 10 Sport a trouvé cinq raisons d’y croire.

1 - LA CULTURE DE LA GAGNE DE DESCHAMPS

Il a le palmarès français le plus impressionnant. En tant que joueur, Didier Deschamps a tout gagné ou presque. En 1998 et 2000, il a fait partie des plus belles histoires de l’équipe de France. Devenu coach, certains sont persuadés qu’il a conservé et sait aujourd’hui transmettre cette culture de la gagne forgée à la Juventus. Ces dernières années, c’est lui qui a permis à l’OM de se retrouver un palmarès. En 2004, c’était lui sur le banc de l'AS Monaco qui renverse le Real Madrid en Ligue des Champions. Et à l’époque, il y avait déjà deux buts à remonter. Et son latéral gauche s’appelait déjà Patrice Evra

2 - L’UKRAINE AURA DU MAL À REFAIRE LE MÊME MATCH

Vendredi à Kiev, les Ukrainiens ont été impressionnants de générosité et dans l’impact. Yarmolenko et ses coéquipiers ont tout donné. Pourront-ils refaire le coup mardi au Stade de France ? La pression ne sera-t-elle pas trop grande pour ces joueurs qui évoluent pratiquement tous en Ukraine et pas vraiment habitués aux grands rendez-vous ? Pourront-ils proposer à nouveau ce même défi physique, parfois à la limite et que certains arbitres n’auraient pas accepté ? Si les supporters de l’équipe de France sont en droit d’attendre un autre visage de la part des Bleus ils peuvent aussi espérer un côté moins héroïque chez leurs adversaires.

3 - LA MOITIÉ DE LA DÉFENSE UKRAINIENNE SUSPENDUE

Les Ukrainiens ont fait la moitié du chemin qui les sépare de la Coupe du monde au Brésil, vendredi soir en s’imposant 2-0 contre l’équipe de France à Kiev. Mais mardi soir, lors du match retour au stade de France, l’Ukraine devra faire avec les suspensions de Koutcher et Fedetski, soit la moitié de sa défense. Un coup dur pour cette équipe solide, qui a fait de sa défense l’une de ses forces pendant les éliminatoires.

4 - RIBÉRY A RENDEZ-VOUS AVEC L’HISTOIRE

Il est sans conteste possible le meilleur joueur de l’équipe de France actuellement. Mais entre Franck Ribéry et les supporters des Bleus il y a toujours ce petit goût amer. Depuis Knysna, Ribéry a tout fait pour se faire pardonner. Il lui manque cependant cette petite cerise sur le gâteau. Cette énorme prestation lors d’un grand rendez-vous avec les Bleus pour entrer à nouveau dans le cœur des Français. Vendredi dernier, Ribéry a manqué son rendez-vous. Pour que la fête soit encore plus belle mardi ? Et que serait une Coupe du monde sans le Ballon d’Or ?

5 - DES SIGNES DE RÉVOLTE

Dès la fin du match vendredi soir, on savait que la défaite à Kiev avait eu l’effet d’une gifle sur les supporters de l’équipe de France et sur son staff. Depuis dimanche, on est persuadé que les joueurs ont aussi pris une claque. En témoignent ces conférences de presse d’Olivier Giroud et de Mamadou Sakho dimanche à Clairefontaine. « Je suis prêt à mourir sur le terrain. C'est un bien grand mot, mais j'ai un grand espoir et beaucoup de rage en moi », a lâché le premier. La révolte tant attendue serait-elle en marche ? On peut y croire. En tout cas plus que dans le passé. À l’image de Sakho, les joueurs de l’équipe de France semblent vouloir montrer « qu’ils en ont ». Et le rendez-vous est fixé à mardi soir.