Accès direct au contenu

Rugby

Rugby : Quand Mourad Boudjellal ironise après sa lourde sanction !

Connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, Mourad Boudjellal est revenu sur sa récente suspension pour les huit prochaines semaines.

Huit semaines… C’est donc la sanction infligée à Mourad Boudjellal par la commission de discipline de la Ligue nationale de rugby (LNR) après avoir critiqué un arbitre en novembre dernier. Interrogé sur les ondes de RMC ce vendredi, l’influent président du Rugby Club Toulonnais a tenu à manier la langue de Molière afin de revenir sur sa suspension.

« On peut critiquer Dieu, même si parfois c’est dangereux, un joueur, mais pas un arbitre »

« C’est une sanction lourde ? Ce n’est pas en disant à un président ou à des joueurs 'ferme ta gueule' (sic) qu’on va régler le problème de l’arbitrage, un problème qui est réel ? Je pointe du doigt le décalage entre la formation des arbitres, les moyens qu’on leur donne, et les joueurs pro, le championnat qu’ils arbitrent, la difficulté que ça représente. Il faut des solutions comme une présence plus importante de l’arbitrage vidéo. On peut critiquer Dieu, même si parfois c’est dangereux, un joueur, mais pas un arbitre. Si la commission de discipline avait eu un peu de compassion pour moi, j’aurais aimé qu’elle me mette neuf semaines et demie, ça aurait été plus sympa en terme d’image. Huit semaines, c’est moins bien ? Faire appel ? Je ne sais pas, ça m’emmerde un peu tout ça. C’est manquer de respect à quelqu’un de ne rien lui dire si on pense qu’il a été mauvais. Si on pense qu’il a fait un bon match, il faut lui dire aussi. Moi, je ne vis pas dans le monde des faux-culs où tout le monde il est beau et tout le monde est gentil », ironise Mourad Boudjellal.

Articles liés