Accès direct au contenu

Rugby

Rugby : Boudjellal dézingue le président du SC Toulon !

Alors qu’il souhaitait s'investir au sein du club de football de Toulon, Mourad Boudjellal a dû tirer un trait sur cette piste. L’ancien président du RCT est revenu sur cet échec.

Après un passage couronné de succès dans le monde du rugby (trois victoires en Coupe d’Europe et un titre de champion de France à la tête du Racing Club de Toulon), Mourad Boudjellal a mis un terme à cette parenthèse. En février dernier, le dirigeant a cédé officiellement sa place à la tête du RCT à Bernard Lemaître. Une expérience dans le sport qui pousse Mourad Boudjellal à de nouveau s’investir. Lors d’un entretien à L’Equipe en janvier dernier, il n’avait pas caché son envie de prendre en main le club de football de Toulon et avait affiché clairement ses ambitions : « Revoir Toulon en Ligue 1, ça aurait de la gueule. Pas pour jouer le titre, je m'entends. On n'est la seule ville des 15 plus grandes de France à n'avoir aucun club en Ligue 1 ou en Ligue 2, c'est une anomalie. » Mais l’actuel dirigeant du SC Toulon Claude Joye ne semblait pas prêt à laisser sa place à Mourad Boudjellal.

« Il y a des gens qui prennent vite des coups de soleil à la lumière »

L’ancien président du RCT est revenu sur les raisons qui l’ont poussé à abandonner la piste menant au SC Toulon et s’en prend par la même occasion à Claude Joye : « Quand j’ai quitté le Rugby Club Toulonnais, je me suis rappelé naturellement que j’exerçais le football et le rugby quand j’étais gamin. Donc pourquoi pas le foot, surtout que le SCT était en difficulté ? En disant ça, dans une ville comme Toulon, je pensais que j’allais être accueilli à bras ouverts. Sauf que j’ai été reçu à bras raccourcis. La condition sine qua none pour que j’y aille, c’était la gouvernance. À partir du moment où dans une interview, on fait comprendre que je serai directeur commercial, cela ne m’intéresse pas (…) Je lis dans la presse qu’il m’a conseillé. J’ai compris, mais je le sais depuis un moment, qu'il y a des gens qui prennent vite des coups de soleil à la lumière. C’était un président de club amateur qui était dans l’anonymat le plus total. Dès qu’il ouvre la bouche, il a Le Figaro, RMC depuis quelques mois. Il a brillé » a déclaré Mourad Boudjellal dans un entretien à France TV Sport.

Articles liés