Accès direct au contenu

Foot - Mercato - OM

Mercato : Sans Al-Walid bin Talal, Frank McCourt peut-il tout de même vendre l'OM ?

Cette semaine, l'entourage d'Al-Walid bin Talal a démenti les rumeurs l'envoyant à l'OM. Faut-il pour autant écarter la vente du club à moyen-terme ? Cela semble moins certain.

Beaucoup de supporters de l'OM rêvaient déjà de l'arrivée d'Al-Walid bin Talal sur la Canebière, mais celle-ci ne devrait pas se réaliser si l'on en croit l'entourage de l'homme d'affaires. Pour rappel, TMW avait annoncé il y a quelques semaines que le membre de la famille royale saoudienne était intéressé par le rachat de l'Olympique de Marseille et que des discussions se tenaient déjà. Il faut dire qu'après avoir injecté plusieurs centaines de millions d'euros dans le club, Frank McCourt ne serait pas opposé à la vente de l'OM, mais un proche d'Al-Walid bin Talal a mis les choses au clair cette semaine, dans des propos accordés à La Provence vendredi : « McCourt ne veut pas vendre le club et si jamais c’était le cas, Al-Walid n’achèterait pas. Il a été mis au frais par « MBS » (Mohammed ben Salmane, prince héritier et vice-Premier ministre de l’Arabie Saoudite) avant de revenir en grâce car « MBS » a besoin d’hommes d’affaires importants. Je vous le répète : Al-Walid est une rumeur infondée ».

Al-Walid bin Talal s'éloigne fortement de Marseille

Al-Walid bin Talal ne devrait donc pas atterrir à l'OM dans un avenir proche, et il en serait de même pour le prince héritier de l’Arabie Saoudite, Mohammed ben Salmane. « Il a suffisamment d’emmerdes pour ne pas se mettre dans le foot », confie en effet un banquier d'affaires à son sujet dans La Provence. La piste saoudienne s'envole pour l'OM, mais plusieurs journalistes avaient déjà affiché leurs doutes à propos de cette révélation de TMW qui a rapidement enflammé la toile. Sacha Tavolieri, spécialiste du foot belge sur RMC, expliquait avant ces démentis qu'il n'y avait pas eu d'offre formulée à Frank McCourt pour l'OM, tandis que Romain Molina, journaliste et écrivain spécialisé dans les arcanes du football et généralement bien renseigné sur les coulisses des clubs, avait été l'un des premiers à dézinguer les rumeurs concernant le Saoudien. « Walid Bin Talal, l'un des hommes les plus importants du régime saoudien, a été mis au frais en 2017. Il ne peut pas sortir de Riyad, et ce n'est pas le seul. Donc tu as 50000 rumeurs qui circulent, mais aujourd'hui, Walid Bin Talal reste en Arabie saoudite. Et pour avoir parlé à des gens qui travaillent et qui ont travaillé avec lui, il n'y a rien. Rien du tout, confiait Molina il y a un moins sur sa chaîne YouTube. Aujourd'hui, la Premier League et la Liga sont les deux ligues qui les intéressent. Cettedite guerre du Golfe (entre le Qatar et l'Arabie saoudite, NDLR) ne se passera pas en France. Ils s'en foutent du Championnat de France. Je rappelle que le Paris Saint-Germain pour le Qatar, c'était avant tout un cheval de Troie en termes d'image et au niveau politique. Ce n'était pas pour le Championnat ». Les récentes déclarations de l'entourage d'Al-Walid bin Talal viennent donc confirmer ce que la majorité des supporters craignaient, mais faut-il pour autant tirer un trait sur une éventuelle vente future de l'OM ?

L'OM suscite bel et bien des convoitises

Comme avec Al-Walid bin Talal, les versions sont contradictoires. Alors que Jacques-Henri Eyraud restructure actuellement l'organigramme de l'OM avec la nomination prochaine d'un directeur général du football et du business, une vente à court terme ne semble pas dans les tuyaux. Néanmoins, l'Olympique de Marseille suscite bien des convoitises, et cela ne fait aucun doute. Le banquier d’affaires cité ci-dessus pour évoquer Mohammed ben Salmane a apporté des précisions sur l'hypothétique successeur de Frank McCourt dans La Provence : « Il y a l’appétit des fonds d’investissement. Si jamais McCourt vend, ce sera à ce type de fonds d’investissement ou à un entrepreneur à la Ratcliffe (qui a acheté l’OGC Nice en août 2019) ». Thibaud Vézérian, journaliste intervenant notamment sur les antennes du groupe Canal et très actif en ce qui concerne la situation de l'OM, a pour sa part évoqué dernièrement un intérêt venu d’Azerbaïdjan et plus particulièrement de l’homme d’affaires azéri Nasib Piriyev : « Une personne qui vie du pétrole au Kazakhstan, il aurait monté une banque d’affaires à Londres. Il veut aller dans le foot et il étudie la possibilité de racheter l’OM. Ils ont fait une offre via des avocats londoniens et ils ont eu un retour négatif des avocats de Frank McCourt ». Au moment de revenir sur ces révélations, Sacha Tavolieri s'est montré perplexe sur la piste Piriyev, mais selon lui, la vente de l'OM est bien envisageable, « mais pas maintenant ». D'ailleurs, ce n'est pas parce que la piste Bin Talal a pris du plomb dans l'aile que l'OM ne passera pas sous pavillon saoudien à l'avenir. Sur son compte Twitter vendredi, Romain Molina a en effet ajouté que des « intermédiaires/apporteurs d'affaires » essayaient toujours de ramener des capitaux saoudiens à Marseille, sans succès jusqu'à maintenant. Si les sources divergent quant à l'identité des intéressés, celles-ci sont tout de même unanimes sur un point : L'OM a la cote auprès des investisseurs.

Articles liés