Accès direct au contenu

Foot - Mercato - OM

Mercato - OM : McCourt, Arabie Saoudite... Les grandes manœuvres sont lancées pour la vente de l'OM

Ces derniers jours, la vente de l'Olympique de Marseille ne cesse de faire parler. Il faut dire que depuis l'information de TMW selon laquelle Al-Walid Bin Talal pourrait racheter le club, les confirmations se sont multipliées, et ce qui n'était qu'une rumeur commence à prendre de l'ampleur. Le 10 Sport fait un point sur la situation.

C'est reparti pour un tour. Quatre ans plus tard, la vente de l'Olympique de Marseille est effectivement de nouveau au cœur de l'actualité. En octobre 2016, Frank MCCourt rachète effectivement l'OM à Margarita Louis-Dreyfus, et alors que les finances du club phocéen sont dans le rouge, le Bostonien souhaite à son tour céder sa place. Dans cette optique, l'homme d'affaires américain semble avoir décidé de mettre en vente son bien depuis plusieurs mois. En effet, en octobre dernier, SoccerLink révélait l'intérêt d'un fonds d'investissement saoudien pour reprendre l'OM. Une information qui a pris de l'ampleur suite à la petite bombe lâchée par TMW ces derniers jours annonçant qu'Al-Walid Bin Talal, membre de la famille princière d’Arabie Saoudite et homme d’affaires, était en négociations avancées pour devenir le futur propriétaire de l'OM. Et les négociations continueraient d'avancer.

La vente de l'OM, ça négocie

Au mois de novembre, Geoffroy Garétier annonçait également avoir « été alerté sur des repreneurs potentiels à l’OM ». Et le journaliste de Canal+ confirme aujourd'hui la tendance : « J’ai donné cette info il y a plus de six mois dans le Late Football Club et à nouveau en janvier. Que dire de plus? Les négos suivent leur cours, racheter un club est complexe. Est-ce que ça se fera ou pas? Je n’en sais rien car je ne relaie JAMAIS de rumeur ou de on-dit... » Une information qui confirme les récents propos de Marco Conterio, rédacteur en chef de TMW qui assurait que « les négociations avec Al-Walid Ben Talal pour acheter l’OM ont débuté. Cela débuterait à une somme de 250 millions d’euros. » Autrement dit, les négociations avancent de manières intenses dans ce dossier, mais Frank McCourt ne compte pas lâcher si facilement son bien.

La condition audacieuse de McCourt

En homme d'affaires averti, Frank McCourt semble effectivement avoir fixé des conditions à Al-Walid Bin Talal. A commencer par le possibilité de conserver des parts dans le club comme l'explique Thibaud Vézirian, journaliste du groupe Canal : « Il va falloir qu’un des deux camps fasse des concessions. Margarita Louis-Dreyfus avait laissé des parts à son fils, environ 5%, quand elle a vendu le club. Elle a gardé des parts dans le club en cas de revente. Donc McCourt veut faire pareil. Et c’est ça qui fait tiquer les Saoudiens qui ne veulent pas empiler les actionnaires et qui veulent le club juste pour eux. » Effectivement, au cours des négociations pour vendre l'OM, Margarita Louis-Dreyfus avait fixé comme condition de conserver 5% des parts du club pour son fils, mais également afin de récupérer un pourcentage sur une prochaine vente. Mais Frank McCourt prend des risques. En effet, Gérard Lopez a récemment révélé que s'il avait justement préféré stopper les discussions pour racheter l'OM c'est parce qu'il « n’était pas envisageable » de laisser des parts à Margarita Louis-DreyfusAl-Walid Bin Talal sera-t-il autant intransigeant ? C'est la question que doivent se poser les fans olympiens.

Aulas, Vélodrome... l'Arabie Saoudite insiste

L'autre point de tension dans ce dossier semble bien être le stade Vélodrome. Toujours d'après les informations de Thibaud Vézirian, les Saoudiens souhaitent posséder l'enceinte phocéenne qui appartient à la mairie, ce que Frank McCourt n'a jamais réussi à obtenir. Al-Walid Bin Talal va donc devoir se montrer convaincant ou alors faire des concessions. Toutefois, il semble que le membre de la famille princière saoudienne soit bien décidé à s'offrir un club puisque son premier objectif était l'OL. « Il a décidé de se faire conseiller pour racheter un club. Et on lui a dit de foncer sur l’OL, qui est stable et a un superbe centre de formation. Sauf que Aulas a été clair, net et précis, c’est non. Donc il n’y a pas de possibilité pour l’Arabie saoudite du côté de l’OL. Les conseillers d’Al-Walid Bin Talal lui ont alors dit d’acheter l’OM », ajoute Vézirian. Il faut dire que comme révélé par le10sport.com, l'OL a tout pour plaire aux investisseurs étrangers puisque les Gones possèdent leur stade ce qui leur garanti une situation financière stable, tout en ayant un capital joueurs important. Mais Jean-Michel Aulas a fini par décliner. Une aubaine pour l'OM ? Réponse dans les prochains jours qui s'annoncent riches en discussions autour de la vente du club.

Articles liés