Accès direct au contenu

Foot - Mercato - OM

Mercato - OM : Après la révolution de McCourt, le dossier vente de l’OM semble réglé !

Dans un communiqué publié ce vendredi soir, l’Olympique de Marseille a annoncé de profonds changements dans son organigramme. Exit Jacques-Henri Eyraud, remplacé par Pablo Longoria, alors que Jorge Sampaoli prend sans surprise la succession d’André Villas-Boas. Frank McCourt souhaite ainsi faire la paix avec les supporters, et en profite pour envoyer un message fort sur son avenir…

Ce vendredi soir, l’OM a surpris son monde, par le timing, en annonçant le départ de Jacques-Henri Eyraud de son poste de président du directoire. Pablo Longioria succède ainsi au désormais ex-patron du club phocéen, qui était parvenu à faire l’unanimité contre lui à Marseille. « J'ai confié la présidence du club à Pablo. Son expérience en tant que directeur sportif et recruteur de talents n'a d'égal que son amour du jeu. Sa principale priorité sera de remettre le football au coeur de l’OM », a annoncé Frank McCourt, qui entend mettre fin à la crise et donner un second souffle à son projet avec ces décisions. « C'est un nouveau chapitre pour l'Olympique de Marseille, et je m'engage personnellement à faire en sorte qu'il soit un véritable succès », a ajouté dans le communiqué l’homme d’affaires américain, critiqué jusqu’ici pour son mutisme après les incidents survenus dans la cité phocéenne. Frank McCourt va désormais se rendre à Marseille afin de « faire connaître (s)a vision de l'avenir directement auprès des supporters » concernant notamment « les projets de développement et d'investissement pour les prochaines générations. »

« L’OM n’est pas à vendre et il ne l’a jamais été, ni hier, ni aujourd’hui »

Le message est donc clair, Frank McCourt entrevoit son avenir à l’OM, et ce malgré les nombreuses rumeurs de rachat qui circulent depuis plusieurs mois. Le journaliste Thibaud Vézirian est à l’origine de ces fuites, assurant dernièrement que l’acte de cession du club était signé. « J’ai des sources tellement vastes que je dors sereinement », martelait-il au début du mois, malgré la succession de démentis. « L’avenir de l’OM va changer. L’OM aura les moyens, annonçait avec certitude Thibaud Vézirian sur sa chaîne YouTube. À Noël, McCourt et ses collaborateurs s’étaient rendus à Riyad avec le clan de KHC (Kingdom Holding Company), la compagnie d’Al Walid Bin Talal. L’OM va être racheté. » À l’OM, on réfute cependant l’idée d’un départ de Frank McCourt depuis le début. « Le club n'est pas à vendre, on n'a jamais reçu d'offre, ni d'une personne en Arabie saoudite ni en Tunisie ou en France, a martelé le dirigeant de l'OM. Rien. Le projet de Frank McCourt est à long terme. [...] Le club ne sera pas vendu car il n'est pas à vendre », réaffirmait encore le directeur général du club Hugues Ouvrard lors d’une réunion avec des membres d’OM Nation il y a quelques jours. Même son de cloche du côté de la mairie de Marseille, de la LFP, et même de l’Elysée, qui regrettait le 5 février « la publication d’informations et d’élucubrations regrettables » au sujet d'Emmanuel Macron, cité dans ce dossier. Au lendemain de cette révolution décidée par Frank McCourt, ce dernier a déclaré dans une lettre ouverte publiée dans La Provence que l’OM « n’est pas à vendre et il ne l’a jamais été, ni hier, ni aujourd’hui. » L’ancien propriétaire des Dodgers est même catégorique sur son intention de s’inscrire dans la durée : « Je veux conduire le club vers le succès qu’il mérite, avec la vision d’un OM champion. Et je sais que ma famille veut rester avec vous pour des générations. »

« La vente est la grande perdante de cette révolution »

Alors que certains estiment encore que tout cela n’est qu’un écran de fumée, les derniers échos en provenance d’Arabie saoudite jettent également un énorme froid sur un possible rachat de l’OM. « Le prince est à mille lieues de ces rumeurs virales, et si l’on devait réagir à chaque rumeur le concernant, ce serait un travail à plein temps », expliquait dès le début de ces rumeurs un conseiller d'Al-Walid ben Talal à Challenges. Une source proche de Kingdom Holding Company assurait même quelques jours auparavant à l’hebdomadaire économique qu’il n’y avait « strictement rien avec l’OM. » Une version confirmée par Romain Molina, journaliste et écrivain spécialisé dans les arcanes du football généralement bien renseigné sur les coulisses des clubs : « On a tendance à considérer que l’Arabie Saoudite rachètera un club pour l’image comme le Qatar ou le Bahreïn, c’est une erreur. Je suis allé à la source, notamment auprès de gens qui travaillent pour le ministère des sports saoudiens, ils voulaient racheter Newcastle pour du business, car ça gagne de l’argent et la Premier League est un championnat mondialisé a-t-il confié à Sputnik. Concernant l’OM Il y a beaucoup de fantasmes concernant l’arrivée du prince Al-Walid ben Talal Al Saoud, je ne suis pas dans le secret des dieux je peux me planter et j’espère me planter, mais de mon côté il n’y a rien. » Avec ces changements drastiques en interne, Frank McCourt semble donc envoyer un message clair sur ses ambitions avec l’OM. « Il ne veut pas vendre le club à la casse. Il avait déjà choisi son timing avec les Dodgers, quand tout le monde le pressait de vendre, Ligue comprise, confirme sur le réseau CuriousCat Mathieu Grégoire, journaliste à L’Équipe. La vente est la grande perdante de cette révolution. » Si ce nouveau chapitre marseillais met fin à la crise institutionnelle, il entraîne peut-être avec lui les rêves d’une vente imminente et d’un nouveau projet colossal. 

Articles liés