Foot - PSG
Ligue des champions, Real Madrid... Le coup de gueule de Pochettino

Ancien entraîneur du PSG, Mauricio Pochettino s'est exprimé sur son passage au PSG, notamment sur ce fameux huitième de finale de Ligue des champions face au Real Madrid. Alors que l'équipe parisienne menait ls débats, le club espagnol était parvenu à refaire son retard grâce à un Karim Benzema étincelant. Le technicien est revenu sur cette rencontre, qui a changé beaucoup de choses au PSG.

Comme souvent, le PSG a déçu en Ligue des champions. Finaliste de l'édition 2021, son meilleur résultat, le club parisien n'a pu accéder aux quarts de finale la saison dernière, barré par le Real Madrid. Ce match, l'équipe française n'aurait jamais du le perdre. Dominateur au Parc des Princes lors du match aller (victoire 1-0), le PSG était en ballotage favorable avant de se rendre en Espagne. Dans un stade Santiago Bernabeu bondé, les hommes de Mauricio Pochettino avaient très vite jeté un froid en inscrivant le premier but de la rencontre grâce à Kylian Mbappé. Un avantage de deux buts, qui auraient du permettre au club de la capitale de se qualifier. Mais c'était sans compter sur Karim Benzema. L'international français avait profité d'une erreur de Gianluigi Donnarumma pour inscrire le premier but de son équipe. Quelques minutes plus tard, l'ancienne star de l'OL profitait des erreurs de la défense parisienne pour claquer un doublé en deux minutes. C'était fini pour le PSG, assommé. Dans les couloirs du stade, Nasser Al-Khelaïfi et Leonardo avaient perdu leurs nerfs? s'en prenant à l'arbitre de la rencontre. 

Pour Pochettino, le PSG n'a pas de lacunes sur le plan psychologique

A la suite de cette défaite, beaucoup ont pointé du doigt les lacunes psychologiques du PSG, notamment depuis l'épisode de la remontada. Mais pour Mauricio Pochettino, son groupe n'avait pas de failles mentales. « Un problème psychologique ? Et bah, il faudrait mettre un psychologue à Chelsea, il faudrait mettre un psychologue à Manchester City, il faudrait mettre un psychologue à Liverpool et donc, si nous revenons aux dernières coupes européennes, il faudrait mettre un psychologue à toutes les équipes qui ont joué contre le Real Madrid.  Il faut d'abord pouvoir prouver qu'il s'agit d'un problème psychologique. Et puis si c'est démontrable et que c'est quelque chose qui peut être attaqué, il sera attaqué. Qu'est-il arrivé à Chelsea ? Qu'est-il arrivé à Manchester City, qui encaisse trois buts en cinq minutes ? De quoi parle-t-on ? D'un problème psychologique ? » a-t-il lâché lors d'un entretien accordé à Infobae.

« C'est un phénomène qui continuera à exister, l'équipe qui n'a rien à perdre prend des risques »

Selon lui, ce cas de figure s'est déjà produit et continuera de se produire. « Depuis aussi longtemps que je me souvienne, avec cinquante ans d'âge, j'entends beaucoup parler de l'aspect psychologique dans le football, mais jusqu'à présent personne n'a trouvé la solution et personne n'a donné les directives pour fournir aux équipes ou aux collectifs des ressources ou des outils pour pouvoir le changer à un moment donné. C'est un phénomène qui continuera à exister car de nombreux facteurs entrent en jeu. Le jeu est un contexte d'émotions, comme nous le disons toujours, et il n'y aura jamais de solution ou de clé qui puisse changer aux moments où les besoins l'exigent. Regardez cette finale de Ligue des champions entre Milan et Liverpool. On parle de grands joueurs, de grands entraîneurs. Si nous remontons dans le temps, nous verrons que cela s'est toujours produit, et notamment lors des éliminatoires comme la Ligue des champions, mais aussi en Coupe UEFA ou en Copa Libertadores ou en Coupes du monde. L'équipe qui n'a rien à perdre prend des risques » a déclaré Pochettino. Nasser Al-Khelaïfi ne semble pas être du même avis puisqu'il envisage de recruter un psychologue à temps plein selon les informations de L'Equipe.

« Je pense que la faute de Benzema sur Donnarumma a existé et si elle avait été revue par le VAR, aujourd'hui nous parlerions d'autre chose, de l'élimination de Madrid »

Pour Mauricio Pochettino, l'arbitre n'aurait jamais du accorder le premier but à Karim Benzema en raison d'une faute sur Gianluigi Donnarumma. « Je crois qu'il y a des circonstances dans le football qui arrivent, qui se produisent et qui ne peuvent pas être contrôlées. Je pense que la faute de Benzema sur Donnarumma a existé et si elle avait été revue par le VAR, aujourd'hui nous parlerions d'autre chose, de l'élimination de Madrid, mais c'était un déclencheur qui a donné au Real Madrid beaucoup de croyance, une énergie différente sur leur terrain et logiquement nous avons fait une sorte d'erreur, mais c'est le football et cela ne doit pas se produire au-delà de ce qui est une analyse de football. C'est un jeu dans lequel, bien souvent, le facteur chance et évidemment le facteur émotionnel ont une influence, mais je ne pense pas qu'il s'agisse d'un problème si évident ou détectable qu'il faille faire appel à un spécialiste de la section, disons, psychologique pour travailler dessus » a déclaré l'ancien coach du PSG.

Articles liés