Accès direct au contenu

Cyclisme

Cyclisme - Tour de France : La mise en garde du manager de Julian Alaphilippe !

Après une victoire dès la première étape du Tour de France, Julian Alaphilippe ne parvient pas à finaliser un deuxième succès. Le manager de son équipe, Patrick Lefevère, estime que la manière de courir du champion du monde pourrait finir par se retourner contre lui.

Julian Alaphilippe n'est pas du genre à se contrôler. Après un début réussi sur le Tour de France en remportant le Maillot Jaune dès la première étape, le coureur de la formation Deceuninck-Quick Step ne parvient pas à concrétiser une nouvelle victoire. Présent dans de nombreuses échappées lors des dernières étapes, le champion du monde n'est pas parvenu à aller au bout de ses tentatives. Avec son maillot arc-en-ciel sur le dos, Alaphilippe fait peur au sein du peloton. Pour son manager Patrick Lefevère, le statut de Julian Alaphilippe pénaliserait le Français. 

« Julian fait une course beaucoup trop folle »

Dans un entretien accordé au quotidien belge Het Nieuwsblad, Patrick Lefevère a fait le point sur le Tour de France réalisé par Julian Alaphilippe : « Julian fait une course beaucoup trop folle. Lors de l'étape de Nîmes, il s'est retrouvé dans le groupe de tête alors que l'équipe avait dans l'idée de travailler pour Mark Cavendish. Il n'y a pas de mal à cela, mais tactiquement, ce n'était pas la situation la plus souhaitable. Après, c'est vrai qu'il a obtenu tous ses grands succès de cette manière et qu'il est habitué à courir de façon impulsive. Et c'est normal aussi qu'il veuille montrer son maillot de champion du monde dans son pays. Mais en même temps, cette tunique lui pèse car, à partir du moment où Julian attaque, il y a beaucoup de monde dans sa roue. Il n'a pas l'endurance qu'il avait il y a deux ans lorsqu'il avait terminé cinquième au classement général, mais il avait couru différemment. Cette année, dans le peloton, vous pouvez entendre que Julian est incroyablement fort. Julian est peut-être un peu impulsif, mais tout ce qu'il fait part de bonnes intentions. C'est pourquoi nous ne le blâmons pas. Je n'ai jamais pu être en colère contre Julian. »

Articles liés