Cyclisme - Mercato : Départ déjà acté pour Julian Alaphilippe ?
Alexandre Higounet

Alors que l’avenir de Julian Alaphilippe apparaissait incertain sachant qu’il entre dans sa dernière année de contrat, un élément intervenu récemment amène à penser que l’équipe Soudal-Quickstep a programmé son départ au terme de la saison, ou a minima qu’elle n’envisage pas à ce jour de lui proposer un nouveau bail. Explication.

Franck Alaphilippe, le cousin et entraîneur de Julian Alaphilippe, ne sera pas conservé l’an prochain par le staff de l’équipe Soudal-Quickstep, comme il l’a annoncé ces dernières heures à l’occasion d’un entretien accordé à cyclismactu.net : « J'ai eu la confirmation de mon non-renouvellement par le patron de l'équipe, Patrick Lefevere, fin octobre-début novembre ».

Une prolongation n’apparaît pas à l’ordre du jour...

Dans le contexte plutôt flou entourant l’avenir de Julian Alaphilippe, qui même s’il apparaît réinstallé dans un vrai leadership pour les classiques flandriennes et qu'il semble avoir « stabilisé » sa relation avec son patron Patrick Lefévère n’en reste pas moins en fin de contrat fin 2024, le message apparaît clair : l’équipe belge ne mise pas sur une prolongation de contrat du double champion du monde. En ne prolongeant pas son cousin et entraîneur, elle indique au contraire au double champion du monde qu'elle n'a pas l'intention de lui proposer un nouveau bail.

« Les tensions entre Patrick Lefévère et Julian rendaient ma situation un peu incertaine »

Il semble en tout cas que l’épisode des critiques répétées sur son manque de résultat émises à l’encontre d’Alaphilippe au printemps dernier par Lefévère aient laissé des traces dans la relation entre les deux hommes, comme tend à l’indiquer Franck Alaphilippe dans son interview à cyclismactu.net : « Ma non-reconduction ? Je m'y attendais à moitié. Il y avait déjà eu une première alerte avec tout ce qui s'est passé autour de la fusion entre la Jumbo-Visma et la Soudal-Quickstep. Étant en fin de contrat, ça me mettait dans une situation plus que délicate. Ensuite, une fois qu'on a appris que la fusion ne se ferait pas, je n'étais pas spécialement plus serein, mais j'osais y croire. Après, il y a eu les tensions entre Patrick Lefevere et Julian (Alaphilippe), ce qui rendait ma situation un peu incertaine, donc je n'ai pas été hyper surpris ». Aujourd’hui, une tendance nette se dégage : la probabilité d’une prolongation de Julian Alaphilippe chez Soudal-Quickstep apparaît très faible.

Articles liés