Un Français future star de la NBA, Tony Parker a joué un rôle crucial
Jules Kutos-Bertin
-
Journaliste
Tout petit, je m’étais promis d’avoir un métier en accord avec le football. Très vite, j’ai pris conscience que mes pieds ne suffiraient pas pour m’emmener là où je le voulais alors le journalisme est devenu une évidence.

Alors qu’il brille actuellement sur les parquets américains, Victor Wembanyama a été complimenté par LeBron James. L’an dernier, l’ailier fort des Metropolitans a eu l’occasion de côtoyer Tony Parker, le patron de l’ASVEL. Interrogé sur sa relation avec TP, Wembanyama assure qu’il était son « mentor ».

Victor Wembanyama n’aura pas raté ses débuts sur le sol américain. Alors que son choix de quitter l’ASVEL pour rejoindre les Métropolitans 92 a fait parler, la pépite française ne doit sûrement pas regretter. Wembanyama a l’occasion d’effectuer une tournée aux USA, ce qu’il n’aurait peut-être pas pu faire avec l’ASVEL. Avec 37 points inscrits pour le premier match, Victor Wembanyama a fait très fort.

LeBron James sous le charme

Jusqu’à convaincre LeBron James ! « Ce que je pense quand je le vois jouer ? Probablement comme tout le monde : Tout le monde utilise ce terme de licorne ces derniers temps. On a parlé plein de licornes ces dernières années, mais lui c’est plutôt un OVNI. Je n’ai jamais vu.. Personne n’a jamais vu quelqu’un comme ça. Etre aussi grand tout en étant aussi fluide et gracieux sur le terrain… Qu’il fasse 2m24, 2m27 ou 2m21, quelle que soit sa vraie taille. Sa capacité à dribbler, rentrer des step back en étant balle au poste. Des step backs à 3 points, des 3 points en catch and shoot, des contres. C’est un talent générationnel », a lâché le King. 

« Il était comme un mentor pour moi »

Avant d’être complimenter par LeBron James, Victor Wembanyama a joué sous la présidence de Tony Parker. Dans des propos relayés par Parlons Basket, celui qui pourrait être numéro 1 de la prochaine Draft est revenu sur sa relation avec le quadruple champion NBA : « J’ai passé pas mal de temps avec Tony hors du basket, à parler de tout et de rien. Il était comme un mentor pour moi quand j’étais dans cette équipe. Pour autant, il ne voulait pas me perturber en étant trop présent dans ma vie. De fait, chaque moment que j’ai passé avec lui, et chaque conseil qu’il m’a donné, n’en ont été que plus précieux ».

Articles liés