Basket
Basket - NBA : Les Celtics de 2022 sont-ils les nouveaux Warriors ?

Au terme d’une belle campagne de playoffs, ce sont finalement les Golden State Warriors et les Boston Celtics qui sont sortis du lot. Les deux franchises disputeront cette nuit le premier match des finales NBA, dans ce qui pourrait ressembler à un passage de flambeau, entre deux équipes qui affichent plusieurs similitudes.

Le grand moment est enfin arrivé. Dans quelques heures, les Golden State Warriors et les Boston Celtics s’affronteront pour le premier match des finales NBA. Jayson Tatum et ses coéquipiers tenteront de devenir la franchise la plus titrée de l’histoire avec 18 trophées, tandis que Stephen Curry et les siens visent un 7ème sacre. Une série qui excite le numéro 30, qui reste confiant malgré la forme incroyable de ses adversaires : « Nous aimons ce duel, nous avons confiance dans le fait de pouvoir gagner, mais il y a un respect évident de ce qu'ils représentent collectivement. Nous sommes excités que ça commence ». Une opposition qui promet de belles choses, notamment en termes de storytelling. En effet, s’il est difficile de dire qui sera champion, plusieurs ressemblances sont tout de même constatées entre cette équipe de Boston et celle de Golden State qui a remporté le titre en 2015. Tout d’abord car pour ces deux franchises, le Big Three est formé à la maison. Effectivement, les Dubs ont pu se reposer sur leur trio composé de Stephen Curry, Klay Thompson et Draymond Green, qui prendront par à ces nouvelles finales, tandis que les C’s pourront compter sur Jayson Tatum, Jaylen Brown et Marcus Smart. Interrogé sur son ressenti à l’approche du match en conférence de presse, Killa Klay voit lui aussi des similitudes : « En 2015, nous avions à peu près le même âge qu’eux aujourd’hui, le milieu de la vingtaine. On doit leur donner du crédit. J’ai l’impression que Brown, Tatum et Smart sont là depuis 10 ans. Comme nous à l’époque, ils ont travaillé dur pour en arriver là. On les respecte pour ça » a confié l'arrière dans des propos relayés par Trashtalk. Cependant, selon Steve Kerr, certains joueurs peuvent même être rapprochés.

Marcus Smart, un Draymond Green version arrière

Bien connu pour ses qualités de défenseur, Draymond Green a longtemps lutté pour le titre de DPOY cette saison avant de se blesser. Finalement, c’est Marcus Smart qui a été élu. Selon Steve Kerr, cela ne fait aucun doute, les deux se ressemblent sur certains points. « Sa solidité et ses capacités d’anticipation, il a un incroyable sens du jeu en défense. Il est en quelque sorte la version ‘arrière’ de Draymond. Il lit bien les angles, il défend sur l’ensemble des cinq postes. S’il doit switcher sur un pivot, il est tellement costaud qu’il peut résister. Il est assez rapide pour suivre les meneurs, assez costaud pour affronter les ailiers donc il peut littéralement défendre des postes 1 à 5 dans le jeu moderne. Son nom lui va bien, il est très intelligent, très polyvalent, et c’est un grand grand défenseur » a confié l'entraineur des Golden State Warriors, selon des propos relayés par Trashtalk.

Articles liés