Tennis
Après la polémique Nadal, un scandale sur le dopage éclate !

Après la polémique autour de Rafael Nadal, un nouveau scandale sur le dopage éclate. Selon la presse britannique, la fédération internationale de tennis violeraient les règles de la lutte anti-dopage. En effet, l'IFT avertirait certains grands joueurs avant de leurs faire des tests ; alors que les contrôles sont supposés être inopinés pour éviter toute tricherie. 

Handicapé par de fortes douleurs à un pied, Rafael Nadal a eu recours à des infiltrations pour pouvoir continuer à jouer à Roland-Garros. Comme l'a avoué le Majorquin lui-même, il a dû utiliser des injections anesthésiantes pour ne pas être contraint d'abandonner la compétition. « Après le match contre Moutet au deuxième tour, je suis arrivé à l’hôtel et je ne pouvais quasiment plus marcher pour vous dire la vérité. Pendant ces deux semaines, j’ai joué avec le pied endormi, on m’a bloqué les nerfs pour que le pied soit insensible », avait-il reconnu. Et alors qu'il a été sacré pour la 14ème fois de sa carrière à Roland-Garros, Rafael Nadal a été au coeur d'une polémique, pointé du doigt pour avoir utilisé des produits jugés dopants par certains. Toutefois, l'Espagnol a pu bénéficier du soutien de l'Agence Mondiale Anti-dopage«  Si un produit est sur la liste des produits interdits, c’est qu’il a un effet sur les performances, qu’il est mauvais pour la santé, et qu’il est contraire à l’éthique du sport, a lancé le directeur général de l'AMA Olivier Niggli lors d'un entretien accordé à RTS dernièrement. Les injections anesthésiantes ne sont pas interdites. Ce n’est pas un oubli. La question s’est posée. Elle a été discutée. Ils ne figurent pas sur la liste car ils n’améliorent pas les performances et ne sont fondamentalement pas mauvais. Est‐ce une bonne pratique médicale ? Est‐il acceptable qu’un sportif de haut niveau se fasse des injections avant un match ? C’est un débat entre médecins et un débat sur l’éthique médicale. Rafael Nadal a remporté 13 titres à Roland‐Garros sans piqûre, ce n’est probablement pas grâce aux piqûres qu’il a gagné le 14ème ». Alors que l'Agence Mondiale Anti-dopage a mis fin aux débats sur Rafael Nadal, un nouveau scandale a éclaté sur le thème du dopage. 

L'IFT violerait les règles du contrôle anti-dopage des joueurs

Selon les informations du Daily Mail, la fédération internationale de tennis violerait les règles de l'Agence Mondiale Anti-dopage. Alors que les contrôles des joueurs sont censés être inopinés, l'IFT se permettrait de déroger à cette exigence. En effet, comme l'a indiqué le média britannique, Nicole Sapstead - directrice du programme antidopage de la fédération internationale de tennis - aurait écrit aux joueurs pour les prévenir qu'ils allaient être testés quelques jours avant le Masters 1000 de Miami. Ainsi, les acteurs du tennis auraient été invités à libérer des créneaux horaires pour effectuer leurs contrôles anti-dopages. Des avertissements qui auraient été lancés jusqu'à quatre jours avant le début de la compétition. « Les rendez-vous pour fournir votre échantillon de PBA (ndlr, Passeport biologique de l’athlète) auront lieu entre 9h et 18h chaque jour (entre le 19 et le 22 mars 2022) et seront attribués selon le principe du premier arrivé, premier servi », peut-on lire dans un mail déniché par The Daily Mail. Et à en croire le média britannique, l'IFT en aurait fait de même avant Roland-Garros 2019 et l'US Open 2022, en prévenant les joueurs qu'ils devaient faire un test sanguin pour leur passeport biologique. Et ces pratiques sont totalement interdites, comme le stipule l'AMA dans son code, « Sauf circonstances exceptionnelles et justifiables, aucun préavis ne sera donné pour le prélèvement des échantillons ».  
 

Articles liés