Accès direct au contenu

Brouillard

Euro 2012 : Benzema, le doute sinstalle ?

Euro 2012 : Benzema, le doute s’installe ?

Karim Benzema, qui n’a pas encore marqué depuis le début de l’Euro, en trois matchs, doit impérativement se réveiller face à l’Espagne. En a-t-il seulement la force mentale ?

Karim Benzema n’a jamais vraiment connu de passage à vide en équipe de France. Depuis que Laurent Blanc a pris les rênes de la sélection, l’attaquant du Real Madrid a toujours été considéré comme un intouchable, un top joueur au-dessus des autres. A raison. Le problème, c’est qu’il ne marque pas. D’où vient le problème ? On sait depuis hier que KB9 a averti ses partenaires qu’il manquait de bons ballons dans la zone de vérité mais Benzema est l’attaquant qui tente le plus de frappes dans la compétition. Il aurait pu faire mouche, non ? De plus, un très grand joueur fait souvent la différence tout seul.

« Il ne doute plus, il a franchi un cap »
Alors ? « Je le vois en forme, c’est juste qu’il n’est pas en réussite, nous assure Alain Giresse. Pourtant, il la provoque. Dans la surface, on voit qu’il impose sa présence, il est alerte. Je crois qu’il ne doute plus, il a franchi un cap. Je vois ce manque de réussite se débloquer contre l’Espagne, l’équipe presque idéale pour lui. Il les connaît bien ». L’Espagne, le connaît très bien puisqu’elle suit ses exploits hebdomadaires sous le maillot du Real. Et ils ont été nombreux cette saison. Cette même Roja a déjà commencé à passer de la pommade à Benzema, consciente qu’il s’agit donc d’un grand joueur.

L'antécédent Zidane
Finalement, de cela, personne n’en doute. « Même s’il est bon dans le jeu courant, il peut commencer à perdre confiance, à gamberger, analyse pour nous notre consultant Daniel Bravo. Pour le moment, on voit qu’il a le besoin de décrocher, il se sacrifie pour le collectif. Il ne faut pas faire une obsession de ce but. Face à la Suède, j’ai encore vu des gestes de grande classe de sa part. Il est affuté, en bonne forme. Laissons-le tranquille. Franchement, il n’a pas du tout la tête dans le sac ». En 2006, inexorablement, le parallèle avec Zinedine Zidane est établi. Même si les deux profils sont différents, les deux joueurs peuvent être comparés en raison de leur proximité avec l’Espagne. Il y a six ans, Zizou avait été secoué par la presse ibérique et avait été boosté par ces piques. « Ça peut être son match, estime Fabien Barthez dans Le Parisien. En 2006, Zizou a été immense. A Karim de l’imiter. Les grands matchs appartiennent aux grands joueurs ».