Accès direct au contenu

Formule 1

Formule 1 : La joie de Fernando Alonso sur sa participation aux 500 Miles d’Indianapolis !

En lice sur les 500 Miles d'Indianapolis ce dimanche, Fernando Alonso affiche un certaine satisfaction de prendre le volant aux États-Unis.

Si les pilotes du Championnat du monde seront opposés ce dimanche sur le circuit de Monaco, les spectateurs présents dans la Principauté n'assisteront pas à la performance de Fernando Alonso. Le pilote de chez McLaren-Honda a donc décidé de laisser de côté ce Grand Prix pour se consacrer aux 500 Miles d'Indianapolis, l'une des courses les plus connues dans le monde automobile. Interrogé par F1i, l'Espagnol affiche sa grande satisfaction de prendre part à cette course d'IndyCar, lui qui s'élancera de la cinquième place sur la grille de départ.

« Je suis bien content d'avoir la chance de vivre cette fantastique expérience »

« Honda est performant en IndyCar et la passerelle était tentante à franchir. Maintenant, je n'ai pas besoin de me consoler de la passe difficile que nous vivons en F1 car je suis un professionnel, mais le challenge a quelque chose d'irréel : pouvoir courir à Indy en tant que pilote de F1 en activité... Même si cela me fait rater Monaco, où McLaren possède de bonne chance de marquer des points, je ne me sens pas coupable de délaisser les miens en sachant que Jenson et Stoffel sont capables de faire du bon boulot. Bonne chance à eux, mais en même temps je suis bien content d'avoir la chance de vivre cette fantastique expérience. Comment est née cette idée un peu dingue ? Au petit-déjeuner à Melbourne (Grand Prix d'Australie, premier de la saison fin mars), quand on a réalisé que le début de saison se présentait mal pour McLaren-Honda. Zak Brown m'a parlé d'Indy, comme ça, sans avoir l'air d'y toucher, pour voir si cela m'intéressait. Quand j'ai dit pourquoi pas, il a plutôt évoqué une participation éventuelle en 2018... On en a reparlé le lendemain, il m'a dit qu'il allait voir avec Honda. Quelques jours plus tard, tout était bouclé : en 48 heures, il a convaincu Honda, Andretti et les organisateurs. Je n'en revenais pas ! », estime Fernando Alonso.

Articles liés