Accès direct au contenu

Formule 1

Formule 1 : Des accusations au cœur de la sanction de Lewis Hamilton ?

Andrew Shovlin, ingénieur de course en chef chez Mercedes, s'est prononcé sur l'erreur de Lewis Hamilton qui lui a probablement coûté la victoire à Sotchi. Et selon lui, plusieurs équipes ont dénoncé le pilote britannique.

C'est une erreur qui a coûté cher à Lewis Hamilton. En réalité, c'est même une double erreur. Avant de se lancer dans son tour de mise en grille afin de s'installer à la première place de la grille de départ suite à sa pole position obtenue la veille, le Britannique réalise une procédure de départ, sorte d'entraînement afin de s'assurer qu'il n'y a aucun problème avant de s'élancer en course. Jusque-là rien d'anormal puisque tous les pilotes en font de même. Sauf qu'il y a des zones prédéfinies par la FIA dans lesquels les pilotes peuvent faire ces procédures. Et Lewis Hamilton ne les a pas respectées. C'est la première erreur et la seconde en découle puisqu'il est interdit de s'arrêter sur la piste. Et le pilote Mercedes, n'étant pas dans les zones autorisées par la FIA pour les procédures de départ, était donc sur la piste. Par conséquent, le sextuple Champion du monde a écopé de deux pénalités de cinq secondes, le poussant à s'immobiliser durant dix secondes lors de son arrêt au stand. 

«Il ne fait aucun doute qu’il y ait pu avoir des équipes ayant dénoncé Hamilton»

Interrogé à ce sujet, Andrew Shovlin, ingénieur de course en chef chez Mercedes, reconnaît l'erreur de l'écurie allemande, mais estime aussi que la FIA a reçu un coup de pouce. « Nous n’avons pas vu le premier essai de départ, et quand nous avons vu le second, nous avons pensé ’ils ne vont pas aimer ça’ [à la FIA]. Nous ne pensions pas que c’était dangereux et étant donné que les directives sur l’évènement disaient que c’était [la zone pour faire les essais de départ] sur le côté droit après la sortie des stands, nous avons pensé que c’était peut-être assez ambigu pour que nous ayons... Je veux dire que quand nous avons vu la position de la voiture... ce n’était pas une surprise totale qu’ils n’aiment pas ça. Et il ne fait aucun doute qu’il y ait pu avoir des équipes ayant dénoncé [Hamilton] – ou bien la FIA ou les commissaires l’ont repéré eux-mêmes. Je ne sais pas », assure-t-il dans des propos rapportés par Nextgen-Auto. Finalement, Lewis Hamilton a sauvé les meubles en décrochant une troisième place derrière Valtteri Bottas et Max Verstappen. Mais sans cette pénalité, la victoire lui tendait les bras.

Articles liés