Accès direct au contenu

Boulette

F1 : La faute de trop pour Romain Grosjean ?

F1 : La faute de trop pour Romain Grosjean ?

Romain Grosjean est dans l’œil du cyclone depuis le début de la saison pour ces départs jugés trop agressifs. Son crash d’hier a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Pourtant auteur d’un excellent départ, Roman Grosjean s’est mis à la faute en serrant Lewis Hamilton contre le mur. S’en suit un crash terrible impliquant les deux pilotes et ruinant en prime la course de Fernando Alonso et Sergio Perez. L’Espagnol, qui a vu la roue du protégé d’Eric Boullier de près, s’en tire bien. Grosjean est aujourd’hui au centre de toutes les discussions du paddock qui ne l’épargne pas, à juste titre.

Grosjean s’excuse
Romain Grosjean a fauté et il en est le premier conscient. « Je souhaite m'excuser auprès de tous les pilotes concernés et de leurs fans. Quand toute sa vie est organisée autour de la course, ne pas pouvoir participer (à un grand prix) est probablement l'une des pires expériences qu'on peut traverser. Je respecte le verdict des commissaires (...) Heureusement, personne n'a été blessé (...) Je peux juste dire que cette journée fait partie d'un processus qui fera de moi un meilleur pilote » déclarait-il peu après le crash.

L’accident de trop
Si le Français est suspendu de Grand-Prix à Monza le 9 septembre, c’est parce que le pilote Lotus récolte tout simplement ce qu’il a semé. En 12 GP, Romain Grosjean s’est accroché sept fois au départ. Un chiffre qui n’a pas plaidé en sa faveur. Fernando Alonso explique cet excès de fougue par l’inexpérience de son homologue : « C’est aux pilotes d’avoir du bon sens et du respect pour les autres. Romain a encore la culture du GP2, où les jeunes pilotes prennent des dépars parfois dangereux. Il faut commencer à les éduquer avant qu’ils n’arrivent en F1 ».

« Le seul de tolérance est dépassé »
Le directeur de Lotus, Eric Boullier, ne décolère pas : « Je ne suis pas content. C’est le moins que l’on puisse dire. Je vais très vite m’assoir avec lui pour en discuter. Car désormais, le seuil de tolérance est dépassé » déclare t-il dans l’Equipe. Boullier ajoute qu’il ne fera pas appel de la décision de la FIA. Preuve, s’il en fallait encore une, de la responsabilité de Grosjean. Le Belge Jérôme d’Ambrosio, le pilote réserve de Lotus, est fortement pressenti pour prendre le départ du prochain circuit d’Italie.

Par Adrien Verrecchia