Formule 1
Fernando Alonso dit tout sur le GP de Bakou

Deux semaines après Monaco, les pilotes de F1 rouleront sur un autre circuit urbain avec le Grand Prix d’Azerbaïdjan. La piste de Bakou, beaucoup moins technique et plus rapide que celle monégasque est d’ailleurs particulièrement apprécié par Fernando Alonso. L’Espagnol aime le tracé de Bakou, qui lui a plutôt réussi par le passé.

Une piste urbaine longue de 6,003 km et composée de 20 virages, voilà à quoi seront confrontés les pilotes de F1 ce week-end. Deux semaines après Monaco, la discipline se déplacera à Bakou pour le Grand Prix d’Azerbaïdjan. Naturellement, les regards seront tournés vers l’avant du peloton ce week-end au vu de la course très serrée pour le titre de champion du monde. Max Verstappen, le leader, ne dispose que de onze points d’avance sur Charles Leclerc alors que Sergio Pérez n’est pas très loin non plus (15 points d’écarts). Le Néerlandais ne dispose donc pas d’une très grande marge d’erreur s’il veut conserver la tête du classement général après ce Grand Prix et va donc devoir faire de son mieux sur un circuit qui ne lui a pas vraiment réussi par le passé. Lors des cinq dernières années, le pilote de Red Bull n'a été en mesure de terminer le Grand Prix d'Azerbaïdjan qu'une seule fois (4e en 2019). Le tracé de la piste de la capitale azerbaïdjanaise, beaucoup moins technique que celle de Monaco, proposera une course beaucoup plus intense et rythmée notamment grâce à ses longues lignes droites. Amateur des circuits urbains, Fernando Alonso avoue d’ailleurs apprécier le circuit de Bakou sur lequel il a toujours affiché de bons résultats.

 « C’est un circuit amusant, où les dépassements sont possibles »

« Nous avons dorénavant beaucoup de circuits urbains en Formule 1. Je les apprécie car il n’y a vraiment aucune marge d’erreur. Bakou est un circuit où il est possible de dépasser à plusieurs endroits. Lors de mes trois dernières courses là-bas, j’ai réussi à gagner un certain nombre de places pendant la course. Sur ce plan, c’est très différent de Monaco. C’est un circuit amusant, où les dépassements sont possibles. Il y a un mélange de virages à haute et à basse vitesse et une très longue ligne droite. Il vous faut avoir un set-up en conséquence. Il sera intéressant de voir comment les monoplaces 2022 se comporteront sur ce circuit. Je ne peux pas vraiment le comparer à un tracé sur lequel nous avons déjà couru cette année. De plus, ici, votre course ne dépend pas nécessairement de votre performances le samedi, et l’ordre établi peut être totalement bouleversé par une voiture de sécurité. Je pense que ce sera une course amusante et j’ai hâte de relever ce défi » a-t-il confié dans des propos rapportés par F1Only.fr. Lors des éditions précédentes, Fernando Alonso a toujours terminé dans les points et s’était même rapproché du podium lors de la première apparition du Grand Prix d’Azerbaïdjan (4e en 2016, 9e en 2017, 7e en 2018, 6e en 2021). Reste à voir si la piste sourira encore à l'Espagnol cette année. Pour le moment, le pilote d’Alpine pointe à la 13e place du classement général avec seulement 10 points.

Articles liés