Foot - Mercato - OM
OM : Milik, Mandanda… Voilà pourquoi Sampaoli claque la porte

Après avoir lancé plusieurs avertissements à sa direction, Jorge Sampaoli a bel et bien quitté l’OM ce vendredi, un an et demi après sa nomination à la tête du club phocéen. Un véritable coup de tonnerre qui était finalement attendu, puisque l’Argentin et sa direction n’étaient plus sur la même longueur d’onde sur de nombreux dossiers, à commencer par les transferts espérés cet été.

Ce vendredi, Jorge Sampaoli a provoqué un coup de tonnerre dans la cité phocéenne. Nommé à la tête de l’OM en février 2021, l’Argentin a quitté le club « d’un commun accord » selon Pablo Longoria, qui a justifié ce changement en conférence de presse : « Pour préparer une saison, on a commencé à travailler. C'est un projet, tout le monde doit aller dans la même direction. On entre dans des moments de frictions professionnelles, pas personnelles. J'ai lu son communiqué. Il y avait de l'émotion et elle est partagée. C'est une question de timing. On a décidé que c'était la meilleure des décisions de nous séparer pour protéger le club. Il faut penser à la suite. On doit avoir de l'espoir. Il faut tout donner et continuer à faire grandir le projet ». À l’analyse, ce départ n’est finalement pas si surprenant que cela au vu des avertissements lancés ces derniers mois par Jorge Sampaoli, désireux de ne pas faire de la figuration en Ligue des champions la saison prochaine. Une ambition créant des frictions entre l’entraîneur et son président, n’étant plus sur la même longueur d’onde.

Sampaoli ambitieux sur le mercato, l’OM prudent

Parmi les raisons qui ont poussé Sampaoli à vouloir aller voir ailleurs, les grosses ambitions du technicien argentin dans ce mercato estival prennent une place prépondérante. « Je ne sais pas si je serai là l'année prochaine, prévenait-il déjà en fin de saison dernière. La réalité est de savoir si on joue la Ligue des Champions pour gagner de l'argent ou être compétitifs. Il faut être clair sur ça pour ne tromper personne. Pour l'entraîneur, c'est important de savoir pourquoi on veut jouer dans cette compétition. » Effectivement, Jorge Sampaoli semblait d’emblée en désaccord sur ce point avec Pablo Longoria, réaffirmant ce vendredi que « la stabilité économique » permettait justement à l’Olympique de Marseille de pouvoir participer à la Ligue des champions. Selon L’Équipe, l’ancien sélectionneur de l’Albiceleste ne manquait pas d’ambition sur le marché des transferts, en voulant voir arriver des joueurs aguerris, au profil correspondant à son style de jeu et à sa philosophie de travail. Ainsi, Sampaoli rêvait notamment d’accueillir Antoine Griezmann (Atlético de Madrid) ou encore Renato Sanches (LOSC). Le premier sort d’une saison difficile avec les Colchoneros et n’a jamais caché son attachement pour l’OM, mais ses émoluments (1.8M€ brut mensuels) sont largement incompatibles avec les finances marseillaises. En revanche, Pablo Longoria a bien tenté sa chance avec Axel Witsel comme vous l’a annoncé le10sport.com, libre après la fin de son contrat avec le Borussia Dortmund. Un profil apprécié par Sampaoli, désireux d’en faire l’un des éléments de base du milieu de terrain après le départ de Boubacar Kamara. Mais l’OM n’est pas parvenu à convaincre l’international belge, privilégiant la piste Altético pour son avenir, au grand dam du désormais ex-entraîneur olympien qui a été informé par Pablo Longoria qu’aucun élément à gros salaires ne pourrait venir cet été selon La Provence, et ce alors que l’ancien coach du FC Séville réclamait des recrues aux émoluments dignes de joueur de Ligue des champions, supérieurs à ceux de Kevin Strootman (500 000€ bruts par mois) précise Football Club de Marseille. Jorge Sampaoli a finalement vu arriver - à la place d’Axel Witsel et de ses autres objectifs - Isaak Touré en provenance du Havre, dont il n’avait pas validé le profil, de quoi l’agacer et précipiter son départ. 

Après l’alternance Mandanda/Pau Lopez, Sampaoli voulait un autre gardien

Dans le sens des arrivées, Jorge Sampaoli misait également sur un nouveau gardien, un an après la venue de Pau Lopez qui a provoqué une petite révolution en interne. Alors qu’une alternance était annoncée entre Steve Mandanda et le portier espagnol, celui-ci a finalement disputé une grande partie de la saison dans la peau d’un titulaire, amenant le champion du monde tricolore à s’interroger sur son avenir, alors qu’il songeait dans un premier temps à finir sa carrière du côté du Vélodrome. Mais cette confiance envers Pau Lopez ne signifiait pas pour autant que Jorge Sampaoli comptait sur lui pour le nouvel exercice. D’après Football Club de Marseille, l’Argentin était conscient des lacunes de son gardien et voulait recruter un joueur de niveau européen pour occuper les cages de l’OM. Une demande refusée par la direction, qui vient de régler les 12M€ de la clause libératoire de Pau Lopez.

Le cas Milik, source de tensions 

Le recrutement d’un attaquant a lui aussi fait parler en interne. Au sein du club, la gestion du temps de jeu d'Arkadiusz Milik a été source de tensions tout au long de la saison entre Jorge Sampaoli et Pablo Longoria, qui n’a jamais vraiment compris pourquoi le Polonais n’entrait pas dans les plans de son entraîneur. D’après les informations divulguées ce samedi par L’Équipe, le dossier Milik aurait même amené Longoria à lancer les premières prospections pour dénicher un nouveau tacticien après la rencontre contre Rennes (14 mai), au cours de laquelle l’ancien joueur du Napoli avait passé près de quarante-cinq minutes à s’échauffer sans entrer en jeu. La qualification pour la prochaine édition de la Ligue des champions avait fini par apaiser les tensions, mais le départ d’un des deux hommes, Milik ou Sampaoli, semblait inéluctable après cette saison compliquée. 

La réorganisation en interne a bousculé Sampaoli

Enfin, les récents changements opérés par Pablo Longoria dans l’organigramme de l’OM ont peut-être fini par convaincre Jorge Sampaoli de plier bagage. Javier Ribalta a officiellement été intronisé en tant que directeur du football durant le mois de juin, avec pour responsabilité d’encadrer l’ensemble de la politique sportive du club. L’Espagnol connaît très bien Pablo Longoria pour avoir collaboré avec lui à la Juventus entre 2015 et 2017. De son côté, Marco Otero sera en charge de la formation tandis que David Friio va assurer la relation entre la direction et le groupe professionnel ainsi que le pilotage des équipes de scouting. Une réorganisation qui a entamé la relation de travail entre Longoria et Sampaoli, qui aurait des « rapports très frais » avec Friio en particulier explique La Provence ce samedi. Le quotidien régional ajoute que l’ex coach de l’OM n’aurait que très peu goûté les départs d’une nutritionniste et de trois analystes vidéos présents dans son staff, et ce sans explication de la part de l’écurie française. Igor Tudor est désormais pressenti pour prendre la place de Jorge Sampaoli, avec l’espoir pour Pablo Longoria de créer une meilleure entente afin de réellement lancer le mercato estival de l’Olympique de Marseille.

Articles liés