Accès direct au contenu

Foot - Mercato - ASSE

Mercato - ASSE : Claude Puel aurait lâché une bombe en interne !

Arrivé en cours de saison sur le banc de l'AS Saint-Etienne afin de prendre la succession de Ghislain Printant, Claude Puel s'agacerait de l'omniprésence de Roland Romeyer en interne et aurait posé un ultimatum à sa direction.

Après une magnifique saison durant laquelle l'AS Saint-Etienne a lutté pour le podium jusqu'au bout, échouant à la quatrième place, la direction des Verts avaient décidé de miser sur la continuité en nommant Ghislain Printant pour succéder à Jean-Louis Gasset, le premier étant l'adjoint du second, l'été dernier. Toutefois, après un début de saison plus que compliqué, la direction stéphanoise a pris la décision de se séparer de son entraîneur et Claude Puel a débarqué dans un rôle élargi de manager général avec à ses côtés Xavier Thuilot, directeur général. Dès son arrivée, l'ancien entraîneur du LOSC avait réclamé avoir la main sur toutes les décisions du club, poussant Bernard Caïazzo et surtout Roland Romeyer à prendre du recul. Une condition qui avait été acceptée. 

Puel menace de partir !

Mais selon les informations de L'Equipe, elle n'a pas été entièrement respectée. Et alors que la saison est suspendue, les tensions sont toujours très importantes en interne. A tel point qu'une réunion s'est tenue à l’Étrat vendredi entre Bernard Caïazzo, le président du conseil de surveillance, Roland Romeyer, le président du directoire, Xavier Thuilot, le directeur général et Claude Puel, le manager général. Et à cette occasion, l'ancien entraîneur de l'OL n'a pas manqué de faire connaître son mécontentement à Roland Romeyer concernant son omniprésence au club et son ingérence dans plusieurs dossiers. Par conséquent, Claude Puel aurait fixé un ultimatum à ses dirigeants. Soit le président du directoire accepte de prendre du recul, soit il partira dès la fin de la saison. Il faut dire que Roland Romeyer avait accepté de laisser le binôme Puel-Thuilot aux commandes du club et donc prendre les décisions importantes, ce qui ne l'a pourtant pas empêché de continuer son ingérence. Mais désormais, Romeyer n'a plus le choix. S'il veut conserver Puel, il devra se mettre en retrait.

Articles liés