Accès direct au contenu

Foot - PSG

PSG - Malaise : Thilo Kehrer revient sur ses galères !

Sous le feu des critiques pendant plusieurs mois, Thilo Kehrer semble avoir redressé la barre. Il se confie d'ailleurs sur ses moments de doute.

Recruté durant l'été 2018 pour 37M€, Thilo Kehrer était présenté comme l'un des grands espoirs du football allemand à son poste. Cependant, après des débuts prometteurs au PSG, tout a basculé avec son erreur contre Manchester United en huitième de finale de la Ligue des Champions quelques mois après sa signature à Paris. S'en est suivi une descente aux enfers avec des prestations très décevantes qui lui ont valu de nombreuses critiques, parfois très dures, au point d'envisager un départ du PSG cet été. Mais Thilo Kehrer est resté et s'est même révélé en réussissant un excellent début de saison, profitant du retour tardif de Marquinhos et des pépins physiques de Sergio Ramos, retrouvant même la sélection allemande avec laquelle il s'est distingué. Et l'ancien joueur de Schalke 04 explique la façon dont il a redressé la barre.

«Il faut toujours croire en soi et travailler sur des choses importantes»

« Oui c’est important. Dans le business du foot, on est très, très vite jugé. Il n’y a pas de zone grise. C’est soit noir, soit blanc. Il faut savoir gérer cela. Se recentrer sur ce que disent tes coéquipiers, ton coach. Ce sont eux qui te voient travailler tous les jours, et savent. Mes proches comptent aussi beaucoup. Ils sont là depuis les premiers jours. Et puis il ne faut pas trop entendre les critiques. Quand on n’est pas dans une bonne phase, on le sait. Dans chaque carrière il y a des moments difficiles. Mais on a toujours envie de s’en sortir, de s’améliorer. On travaille, et les gens qui sont proches savent les sacrifices qu’on fait (...) Il faut toujours croire en soi et travailler sur des choses importantes. Là, j’ai profité des vacances pour me reposer. Me régénérer physiquement et mentalement. Et la préparation m’a fait du bien. J’ai envie de rester dans cet état », confie-t-il dans une interview accordée à Ouest-France.

Articles liés