Accès direct au contenu

Foot - OM

OL/OM - Polémique : Aulas, Payet... Ces révélations fracassantes sur les incidents à Lyon !

La préfecture d'Auvergne-Rhône-Alpes et la Direction Départementale de la Sécurité Publique ont rendu leur rapport sur les incidents lors du match entre l'OL et l'OM. Et pour eux, l'arbitre était prêt à reprendre la rencontre, comme l'avait indiqué Jean-Michel Aulas.

Le 21 novembre dernier, le choc entre l’OL et l’OM devait clôturer la quatorzième journée de Ligue 1, mais cette rencontre n’a pu aller à son terme. Et pour cause, alors qu’il s’apprêtait à tirer un corner, Dimitri Payet a reçu une bouteille d’eau en plein visage. Les acteurs de la rencontre sont rentrés immédiatement au vestiaire et l’arbitre, Ruddy Buquet, aurait annoncé aux dirigeants des deux équipes que le match ne reprendrait pas. « Ma décision a toujours été de ne pas reprendre le match. Il y avait des considérations autres à prendre en compte. Pour des raisons sportives évidentes, j’ai décidé de ne pas reprendre la partie. Il y a le terrain et il y a l’extra-sportif mais la décision in fine m’est revenue et je l’ai prise » avait-il confié au micro de Prime Vidéo. Président de l’OL, Jean-Michel Aulas a présenté une autre version des faits, toujours sur Prime Vidéo : « On avait, avec le préfet, imaginé que le match pouvait reprendre et l'arbitre avait décidé de la reprise du match. Quand l'arbitre est revenu l'annoncer aux joueurs, il y a eu une réaction extrêmement violente de la part de Marseille, qui ne comprenait pas et a exigé que l'arbitre aille prendre des nouvelles de Dimitri. J'en profite pour dire qu'on est catastrophés par ce qui est arrivé à Payet. ». Mais qui a raison dans cette histoire ?

L'arbitre avait annoncé aux joueurs la reprise du match selon un rapport

RMC Sport a pu consulter le rapport rédigé par la préfecture d'Auvergne-Rhône-Alpes et la Direction Départementale de la Sécurité Publique. Selon elles, les membres de la Ligue, présents au Groupama Stadium « semblaient privilégier une reprise ». Comme l’annonce la Direction Départementale de la Sécurité Publique, l’arbitre a longuement hésité avant d'annoncer aux acteurs « une reprise du match à 21 heures 50 après 5 minutes d'échauffement ». Jean-Michel Aulas n’aurait pas été opposé à la reprise du match, notamment si la sécurité des joueurs était assurée. Finalement, la partie a été définitivement arrêtée vers 22h30. « Nous nous sommes étonnés de ce revirement, l'arbitre semblait gêné et avait du mal à croiser nos regards » a avoué le Préfet de Région.

Articles liés