Accès direct au contenu

Cyclisme - Tour de France

Arkéa - Samsic : y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Un nouveau nom, une hausse spectaculaire de budget, une possible arrivée et un éventuel départ... que ce soit sur le plan sportif et en dehors, la stratégie suivie par l'équipe cycliste Arkéa-Samsic (ex Fortuneo-Samsic) ne laisse d'interroger.

Tout commence le 26 novembre 2018, lorsque Ronan Le Moal, le directeur général d'Arkéa, annonce que l'équipe cycliste «  Fortuneo-Samsic  » va officiellement devenir «  Arkéa-Samsic  », au 1er janvier 2019. Le groupe de banque-assurance Arkéa prend ainsi la place de sa filiale de banque en ligne, en devenant co-sponsor de l'équipe bretonne. La raison ? La banque bretonne, en plein conflit avec sa maison mère, le Crédit Mutuel, cherche par-dessus tout à se faire connaître des Français sous le nom «  Arkéa  » seul, et non plus «  Crédit Mutuel Arkéa  ».
 
Pour l'équipe, ce changement de nom coïncide avec une hausse de budget affirme Ouest-France, celui-ci passant alors de 8 à près de 10 millions d'euros, et avec l'arrivée de la star allemande André Greipel, un an après celle de Warren Barguil, et sur qui de nombreux espoirs reposent.
 
«  Arkéa n'est pas venue là pour faire de la figuration, et nous devrons faire mieux qu'en 2018  !  », déclarait Emmanuel Hubert, manager général de l'équipe, lors de l'annonce de l'arrivée de la banque bretonne. En effet, pour Arkéa, il faut que l'équipe soit à la hauteur des enjeux de notoriété et de visibilité auxquels la banque fait face.
 
Deux points sur lesquels on ne plaisante pas du côté de la banque bretonne : 8 mois après son arrivée, le journal L'Équipe évoque ainsi un budget, non pas de 10 millions, mais de 15 millions d'euros, soit presque du double de l'enveloppe disponible auparavant. Un montant qui fait grincer des dents en Bretagne, et on comprend pourquoi : ces derniers mois, la banque multiplie les opérations de sponsoring dans le seul but de préparer son éventuelle sortie du Crédit Mutuel. Problème, ces campagnes coûtent cher et ce sont, en quelque sorte, les clients et sociétaires de la banque qui payent. «  Encore une fois des millions d'euros sont dépensés dans le sponsoring sans l'avis des clients et sociétaires, et ce pour la seule ambition d'effacer le sigle Crédit Mutuel et imposer la marque Arkéa  », déplore ainsi l'association Restons Mutualistes, qui milite pour l'unité entre Arkéa et sa maison mère.

Nairo Quintana in, Warren Barguil out ?

Si de tels montants surprennent, leur utilisation interroge : d'après Cyclingnews, ArkeaSamsic serait ainsi parvenue à s'attacher les services de Nairo Quintana, pour les trois prochaines saisons. Le Colombien de 29 ans devrait percevoir un salaire de 2,5 millions d'euros par an et serait accompagné de son frère, Dayer, et de Winner Anacona.
 
En signant le champion colombien, Arkéa-Samsic affiche ses ambitions. Mais à quel prix ? L'arrivée de Nairo Quintana pourrait en effet pousser Warren Barguil dehors, le Breton arrivant en fin de contrat cette saison. D'autant que les relations entre le champion de France et le Colombien sont loin d'être au beau fixe, le second ayant traité le premier « d'idiot », après que celui-ci ait provoqué une chute lors de l'édition 2015 du Tour de France, dans la descente de la Rochette. Si, malgré son âge, les qualités sportives du Colombien ne font aucun doute, tout comme ce qu'il apporterait à l'équipe sur le plan des performances, le possible départ de Warren Barguil — qui a encore de belles années devant lui, en témoigne sa belle 13e place au classement du Tour de France 2019 après la 15e étape — pourrait quant à lui être préjudiciable à Arkéa, d'un point de vue réputationnel.
 
La banque motive en effet ses velléités d'indépendance par la sauvegarde de l'emploi en Bretagne et les intérêts de la région. Dès lors, pousser un Morbihannais vers la sortie, véritable symbole et adulé sur le territoire breton, laisserait un goût amer aux supporters historiques d'une équipe autrefois nommée « Bretagne-Jean Floc'h ». D'aucuns estimeront ainsi qu'Arkéa met les Bretons au cœur de sa stratégie, uniquement si ces derniers lui sont utiles sur le plan marketing...

Articles liés