Accès direct au contenu

Cyclisme

Cyclisme : «Froome peut-il gagner un 5e Tour de France ? C'est dans le domaine du faisable»

Si Christophe Froome peut entrer dans le cercle fermé des quintuples du Tour de France, Daniel Mangeas y croit. 

Avec son quatrième sacre sur le Tour de France, Christopher Froome n’est plus qu’à une unité des quintuples vainqueurs de la Grande Boucle (Jacques Anquetil, Eddy Merckx, Bernard Hinault et Miguel Indurain). Le Britannique pourrait réaliser cet exploit dès l’an prochain lors de la 105e édition. Lors de sa chronique sur Cyclism Actu, Daniel Mangeas, ancien speaker du Tour, valide cette hypothèse.

« Froome se focalise là-dessus »

« C'est vrai qu'il a été un peu plus malmené qu'à l'habitude, il a été moins dominateur. Toute carrière a son zénith, il y a une courbe ascendante et une courbe descendante et je pense qu'il est dans cette courbe descendante, c'est l'impression qu'il a donnée, même s'il a réalisé un superbe contre-la-montre. Quand on regarde sa saison, elle est assez réduite en jours de course, donc je pense qu'en s'économisant comme ça il peut encore durer quelque temps, mais c'est vrai que l'opposition cette année s'est très sérieusement rapprochée, qu'il a eu des journées difficiles. Il a été prenable à un moment donné, il s'est imposé, mais le doute a dû s'installer dans son esprit, alors que l'espérance s'est emparée des autres concurrents. Pourra-t-il gagner un 5e Tour ? C'est dans le domaine du faisable. Sa carrière est un peu différente de celle des coureurs qui sont présents toute l'année. Froome c'est épisodique : en gros il fait le Dauphiné, le Tour et la Vuelta. C'est une carrière bien réglée en terme de jours de course qui va peut-être lui permettre d'avoir cette longévité. Le fait qu'il axe sa saison uniquement sur le Tour ne rend pas ses victoires moins belles, mais si on compare avec Bernard Hinault ou Eddy Merckx qui étaient capables de gagner Paris-Roubaix et Milan-San Remo, qui étaient champions nationaux, champions du monde, on reste sur notre faim. Il est extrêmement difficile de comparer les coureurs, les générations, ce n'est plus le même cyclisme. Le cyclisme s'est mondialisé, mais c'est vrai que si demain Froome devenait champion du monde ou gagnait un Tour de Lombardie, ça le grandirait. Mais il sait qu'il est un spécialiste des Grands Tours, et il se focalise là-dessus. C'est donc vraiment calculé d'être en forme le jour J. C'est le cyclisme moderne qui veut ça. Avant il y avait un fil conducteur tout au long d'une saison, c'est pour ça que Froome pourrait durer encore quelques années vu la manière dont il gère, même si un jour il va être battu, c'est le lot de chacun. C'est inévitable. Mais il y a quelque chose que je veux dire sur Froome : c'est un très grand champion, mais le public regrette de ne pas le voir plus souvent », explique-t-il.

Articles liés