Accès direct au contenu

  1. 8h15 Mercato - PSG : Un transfert XXL à l’étranger est annoncé pour Kimpembe
  2. 8h00 Transferts - PSG : Neymar va-t-il partir durant le mercato ?
  3. 7h35 F1 : Hamilton volé par la FIA, le terrible aveu
  4. 7h30 PSG : Le Top 5 des buteurs de légende à Paris
  5. 7h00 Mercato - PSG : Poussé vers la sortie, Neymar réclame un pactole au Qatar
Formule 1

F1 : Une polémique politique en plein Grand Prix

Sebastian Vettel a profité du Grand Prix Canada pour faire passer un message politique. Lors des essais libres, l’Allemand arborait un casque dénonçant l’exploitation des sables bitumineux en Alberta. Cela n’a pas échappé à une ministre canadienne, qui a qualifié son attitude d’hypocrite. Par la suite, Sebastian Vettel n’a pas souhaité en dire d’avantage sur ses actes et Aston Martin n’a pas hésité à le défendre.

À l’occasion du Grand Prix du Canada le week-end dernier, Sebastian Vettel s’est fait remarquer. L’Allemand a profité des essais libres pour dénoncer l’exploitation des sables bitumineux, qu’il considère comme un « crime climatique », en arborant un casque et un t-shirt pour faire passer son message lors des essais libres. Le pilote d’Aston Martin faisait référence à l'exploitation de gisements de bitumes dans l'Alberta, grand projet industriel qui consiste en l'extraction de bitume via d'immenses puits à ciel ouvert, sur des terres autrefois forestières. De plus en plus investi dans la lutte contre le réchauffement climatique ces dernières années, Sebastian Vettel a d’ailleurs avoué que sa démarche n’avait été initiée que par lui-même.

Vettel s’oppose au gouvernement canadien, qui le fracasse

« Personne ne m'a contacté. Je lis beaucoup de choses sur le sujet parce que je trouve ça, non pas fascinant car ce n'est pas le bon mot, mais il se passe beaucoup de choses. Et je pense que nous vivons à une époque où nous sommes conscients d'énormément de choses. Ce qui se passe en Alberta est un crime parce qu'on abat beaucoup d'arbres et on détruit l'endroit juste pour extraire du pétrole. La manière de le faire avec l'exploitation des sables bitumineux est horrible pour la nature. Et évidemment, les gaz à effet de serre ont également augmenté au Canada depuis qu'ils ont commencé à le faire. D'après ce que j'ai lu, le site n'a été créé qu'il y a 20 ans. Je crois que le Premier ministre a dit qu'aucun autre pays trouvant ces ressources ne les exploiterait pas. Par principe, chaque pays et chaque individu a sa propre opinion. La mienne, c'est que je ne suis pas d'accord. Comme je l'ai dit, il y a tellement de science sur le sujet, sur la fin des énergies fossiles, et on vit à une époque où l'on sait que ce genre de choses ne devraient plus être autorisées, que ça ne devrait pas arriver. Donc je pense qu'il faut d'abord sensibiliser les gens à ce qui se passe. Je pense que beaucoup de gens au Canada, et dans le monde entier, ne le savent pas, et ce n'est qu'un petit geste. Il y aura un casque spécial ce week-end soulignant le fait que je crois qu'il est juste de penser aux générations futures et au monde que nous laisserons entre leurs mains » a-t-il expliqué dans des propos rapportés par Motorsport.com pour justifier sa démarche avant le week-end du Grand Prix du Canada. Ses agissements n’ont cependant pas été vu d’un très bon œil par Sonya Savage, la Ministre de l’Énergie du Canada, qui n’a pas manqué de qualifier ce message d’hypocrite venant d’un « pilote automobile sponsorisé par Aston Martin, avec le financement de Saudi Aramco » sur son compte Twitter. « Saudi Aramco a la plus grande production quotidienne de pétrole de toutes les entreprises du monde. Cette entreprise est réputée pour être la plus grande responsable des émissions mondiales de carbone, de toutes les entreprises depuis 1965. Plutôt que de diaboliser les sables bitumineux, qui sont sur la voie de la neutralité carbone, les gens pourraient chercher à réduire leur propre empreinte carbone personnelle. Peut-être une voiture à pédales pour la Formule 1 ? » a-t-elle conclue.

Aston Martin monte au créneau pour Vettel

Interrogé par la chaîne RTL après avoir fait passé son message, Sebastian Vettel a préféré botter en touche : « Y a-t-il d’autres questions ? Je ne veux rien dire à ce sujet maintenant, mais j’ai toujours plus d’un casque. » Mike Krack - patron d’Aston Martin - a quant à lui tenté de justifier la démarche de son pilote dans des propos rapportés par Nextgen-Auto : « Il voulait utiliser le casque et le t-shirt pour attirer l’attention sur le sujet. À un moment donné, il a décidé que l’attention avait été attirée. Comme vous et moi, il ne porte pas le même t-shirt tous les jours ! Vous avez vu dans le passé que de telles campagnes ont principalement lieu le vendredi et le samedi, mais bien sûr, il est libre de prendre ses propres décisions. C’est un homme libre. »

Articles liés