F1 : La révélation de Lewis Hamilton sur son transfert chez Mercedes
La rédaction

Désormais âgé de 38 ans, Lewis Hamilton aspire toujours à remporter un 8ème titre de champion du monde. Mais le Britannique semble connaître depuis quelques saisons, certaines difficultés avec sa monoplace chez Mercedes. Récemment, « King Lewis » est d’ailleurs revenu sur sa décision de rejoindre l’écurie en provenance de McLaren en 2013.

En 2008, un an seulement après ses débuts chez McLarenLewis Hamilton remportait son 1er titre de champion du monde. Une dizaine d’années plus tard, le champion britannique en est désormais à 7 titres mondiaux. Ces nombreuses victoires, le natif de Stevenage les doit également à une grande décision dans sa carrière. Car après 2008, Hamilton a connu plusieurs années compliquées au sein de l’écurie alors dirigée par Ron Dennis. En 2013, le Britannique quitte McLaren pour Mercedes, et ce malgré les remarques de sa propre famille. Une décision qui s’est clairement avérée payante.

« Je n’ai laissé personne influencer ma décision » affirme Hamilton sur son transfert.

Dans des propos relayés par Next-Gen Auto, Lewis Hamilton est revenu sur sa décision de rejoindre l’écurie de Toto Wolff. « Je me souviens de la première course, je me souviens de la décision que j’ai prise de rejoindre cette équipe. Je n’ai laissé personne influencer la décision que j’ai prise. Je voulais la prendre avec mon propre jugement et sans influence. Vous savez, il y avait des gens qui m’ont dit que je devais rester chez McLaren. Mon père m’a dit de rester, beaucoup de gens m’ont dit de rester. Mais quelque chose en moi me disait que c’était ce qui me convenait ».

« Nous avons lutté comme des fous » affirme Hamilton sur son arrivée chez Mercedes

« Je suis arrivé dans l’équipe, j’ai eu mon premier baquet moulé, en compagnie de Bono mon ingénieur de course. Les gens sous-estiment le temps qu’il faut pour se comprendre, pour construire une amitié », poursuit Lewis Hamilton. « Surtout cette première année, j’ai eu du mal avec la voiture. Nous avions un type de suspension différent que je n’avais jamais eu auparavant. Nous avons lutté comme des fous avec ça. Mais nous avons gagné. S’il y avait le moindre doute sur les décisions, si j’avais raison ou tort, la Hongrie était la confirmation que c’était la bonne étape dans ma carrière. C’était génial de remonter sur le podium et de confirmer ainsi la décision prise ».

Articles liés