Transferts : L’OM peut souffler avec cette annonce
Diplômé d’Ecole de Journalisme à Paris. Spécialisé football, et plus particulièrement sur le mercato. Fan du PSG et du Stade Français.

Auteur d’une saison XXL avec l’OM et grand artisan du bon classement en championnat de la formation d’Igor Tudor, Valentin Rongier peut-il envisager de surfer sur cette bonne période pour changer d’air cet été ? Le milieu de terrain de 28 ans affiche un discours rassurant à ce sujet et souhaite rester à l’OM.

Au même titre qu’Alexis Sanchez et Chancel Mbemba, Valentin Rongier fait partie des éléments majeurs de la saison à l’OM. Le milieu de terrain de 28 ans, qui traverse probablement la meilleure période de sa carrière, a les idées claires pour son avenir. Sous contrat jusqu’en 2026 avec l’OM, Rongier ne se voit pas bouger tout de suite comme il l’annonce clairement dans un entretien accordé à La Provence.

« Aucune raison de partir »

« Je me sens super bien, j’ai prolongé il y a six mois. À Marseille, je me sens chez moi, je n’ai aucune raison de partir. Après, c’est le football. Si un club vient, que l’OM me dit que c’est une bonne opportunité pour le club et pour moi, il faudra réfléchir. Mais si vous me demandez mon avis, je n’ai aucune envie de partir. Pour faire quoi ? Je joue, j’aime cette ville magnifique, j’ai acheté ma maison, il y a du soleil, les conditions de travail sont excellentes, on a un stade de folie et des supporters incroyables... », indique Valentin Rongier, qui rassure donc l’OM sur ses intentions d’avenir.

Rongier épanoui à l’OM

L’ancien joueur du FC Nantes poursuit sur les raisons qui le poussent à refuser, pour l’instant, un nouveau challenge à l’étranger : « En partant, tu ne sais jamais ce que tu vas trouver. J’ai envie de découvrir l’étranger, mais quand j’écoute tous ceux qui partent... Ils disent : "On ne se rend pas compte, mais on est super bien ici." Je n’ai pas envie de faire cette erreur, de me dire que je dois partir car je fais une bonne saison. Je vais peut-être gagner un peu mieux ma vie, mais à quoi bon si c’est pour être malheureux ? », poursuit Rongier.

Articles liés