Accès direct au contenu

Foot - Mercato - Real Madrid

Mercato - Real Madrid : Les vérités du clan Mariano sur son été agité !

Agent de Mariano Diaz, David Aranda est revenu sur son transfert avorté au Rayo Vallecano, mais aussi au FC Valence lors du dernier jour du mercato estival.

A défaut de recruter Kylian Mbappé, le Real Madrid a réussi à s’offrir Eduardo Camavinga. Dans le sens des départs, Raphaël Varane et Martin Odegaard ont rejoint la Premier League. Ne rentrant plus dans les plans de Carlo Ancelotti, Mariano Diaz était également poussé vers la sortie. Dans le viseur de plusieurs clubs espagnols, l’attaquant était proche d’un départ, mais l’opération a capoté. Son agent est revenu sur son transfert avorté notamment au FC Valence.

L'agent de Mariano met les choses au clair

« Le départ de Mariano pour Valence était une affaire réglée. Les contrats avaient été signés par les trois parties, avec l'accord du Real Madrid et l'enthousiasme du joueur, qui a compris que c'était la meilleure chose à faire pour cette saison. Nous n'arrivions pas à communiquer, il s'est passé quelque chose qui nous a surpris, bien que nous ne puissions pas deviner quel était le problème. Certaines personnes spéculent sur la raison, mais nous n'allons pas entrer dans ce débat. Il y a eu un moment où ça s'est arrêté » a confié David Aranda. L’agent est également revenu sur l’intérêt du Rayo Vallecano. « Le président nous a appelés et a fait tout son possible, je lui ai parlé jusqu'à 23h45. Mais ce n'était pas une décision à prendre à la hâte. Ce n'est pas seulement Rayo qui est apparu le dernier jour du marché, car lorsque les gens ont découvert que Valence ne pouvait pas le faire, ils ont été encouragés à nous appeler et à essayer. Une équipe de deuxième division nous a également appelés. Il se passe beaucoup de choses le dernier jour du marché. Il est compétitif. Chaque saison, il a eu des offres où il était mieux payé. Ce n'est pas une question de confort, car il n'a pas sa maison ici, il ne vit pas à Madrid, il vit à Barcelone. C'est une question de marché. Il est très compétitif » a-t-il confié dans un entretien à la COPE.

Articles liés