Mercato - PSG : En concurrence avec Zidane, Galtier répond aux attaques
Guillaume de Saint Sauveur

Nommé sur au poste d’entraîneur du PSG l’été dernier pour venir assurer la succession de Mauricio Pochettino, Christophe Galtier était en concurrence avec Zinedine Zidane dans l’esprit des propriétaires qataris. L’ancien technicien de l’OGC Nice, vivement critiqué à son arrivée dans la capitale, revient sur cette période délicate.

Comme le10sport.com vous l’avait révélé avant tout le monde le 10 juin dernier et alors que la tendance générale était à une arrivée de Zinedine Zidane sur le banc du PSG, c’est bien Christophe Galtier qui a raflé la mise pour le poste. Attiré en provenance de l’OGC Nice, le technicien français est donc venu assurer la succession de Mauricio Pochettino au PSG grâce à ses liens privilégiés avec Luis Campos. Mais cette arrivée de Galtier plutôt que Zidane a engendré une certaine frustration chez certains supporters du PSG, qui se sont lâchés à son sujet sur les réseaux sociaux…

« Pas le même parcours » que Zidane

Interrogé au micro de Télématin ce mardi, Christophe Galtier est revenu sur les circonstances un peu délicates de sa nomination au PSG et les comparaisons avec Zinedine Zidane : « Comment j’ai pris les critiques à mon arrivée ? Un peu mal, évidemment que ça touche, on est attaqué. On oublie tout ce qu’on a fait, parce qu’il y a un réel parcours avant. Évidemment que je n’ai pas le parcours d’autres entraîneurs qui ont été annoncés et qui ont eu des victoires en champions League, l’habitude du parcours européen. J’ai trouvé les attaques un peu difficiles pour moi et ma famille, mais c’est aussi une énorme source de motivation », indique Galtier.

« Difficile pour les proches, la famille… »

L’entraîneur du PSG poursuit sur ces attaques répétées, qui peuvent marquer l’entourage : « C’est très difficile pour les proches, la famille et les enfants. C’est beaucoup plus difficile pour eux que pour le joueur et l’entraîneur, mais évidemment on est une génération où il y a les réseaux sociaux, et il faut vraiment se protéger de ça », estime Christophe Galtier.

Articles liés