Accès direct au contenu

Foot - Mercato - OM

Mercato - OM : Les dessous de l’arrivée de Frank McCourt à l’OM dévoilés !

Aujourd’hui à la tête de l’OM, Frank McCourt a racheté le club phocéen en 2016 à Margarita Louis-Dreyfus. Didier Poulmaire, qui a accompagné l’Américain dans cette opération, en a dit plus que cette acquisition.

En 2016, Margarita Louis-Dreyfus avait décidé de mettre en vente l’OM. Un processus qui a vu de nombreux candidats se manifester pour récupérer le club phocéen. Un temps, Gérard Lopez a longtemps été annoncé comme le favori. Finalement, le Luxembourgeois, qui a par la suite repris de la LOSC, a vu Frank McCourt lui passer devant. Après avoir géré la franchise de baseball des Los Angles Dodgers, l’homme d’affaires américain s’est donc implanté dans le monde du monde en s’installant sur la Canebière. Et à son arrivée, McCourt avait de grandes ambitions pour l’OM, qu’il souhaitait ramener sur le devant de la scène. Mais comment en est-il venu à racheter l’un des clubs les plus emblématiques de France ? Didier Poulmaire, avocat, y a grandement contribué. Et dans des propos accordés à L’Equipe ce mardi, il est revenu sur ses échanges avec Frank McCourt, racontant ainsi les coulisses de ce rachat de l’OM.

« Il voulait se lancer dans un sport plus "global" que le baseball »

« On parlait souvent ensemble du football européen, dans lequel il avait très envie d'investir. Après avoir vendu la franchise de baseball des Los Angeles Dodgers, il voulait se lancer dans un sport plus "global" que le baseball et à fort potentiel de développement. C'est à l'été 2015, lors de mon mariage, auquel il était invité, que je lui ai parlé pour la première fois de l'OM. Le samedi 11 juin 2016 au matin, nous nous retrouvons à Cannes, à la terrasse de l'hôtel Martinez. Et il me dit : "Parle-moi de l'OM". Là, il faut être convaincant ! Je lui explique que ce n'est pas un club comme les autres, qu'il faut l'aborder avec une approche économique, mais aussi historique et sociologique. Et que c'est une opportunité unique. À la fin, il m'a lancé : "Vas-y, écris-moi ton projet". », dévoile ainsi Didier Poulmaire. Vient ensuite le moment de discuter avec la LFP et Didier Quillot, le directeur général exécutif de la Ligue. Concernant, son entretien avec McCourt, Quillot raconte alors : « Lors de notre premier rendez-vous, McCourt me dit qu'il souhaite investir dans le football en Europe mais qu'il hésite entre l'Angleterre, la France et l'Espagne. Il a besoin de connaître nos intentions pour développer la valeur de la L1 à l'international et je lui raconte nos projets. On échange. À l'issue de la journée, il me dit qu'il aimerait bien regarder le dossier de l'OM. Après, j'ai fait le go between en présentant Frank McCourt à la banque Rothschild, qui avait un mandat de Margarita Louis-Dreyfus. Dans une deuxième phase, McCourt me dit : "Je vais chercher un CEO". Il se trouve que Jacques-Henri Eyraud, que je connaissais de l'époque où j'étais à Orange, était venu me voir au printemps parce qu'il avait lui-même le projet de racheter l'OM, mais avec un autre investisseur américain. J'ai organisé la rencontre entre McCourt et Eyraud. Après, ils ont fait affaire ». 

Articles liés