Foot - Mercato - ASSE
Bafétimbi Gomis dit tout sur son retour avorté à l’ASSE cet hiver
Thibault Morlain

Cet hiver, l’ASSE était en quête d’un buteur afin de tenter de se maintenir. Au final, c’est Enzo Crivelli qui a rejoint l’effectif d’Enzo Crivelli, mais il n’était pas la priorité des Verts. Auparavant, il avait notamment été question d’un possible retour de Bafétimbi Gomis à l’ASSE. Cela ne s’est finalement pas fait. L’ancien Stéphanois est d’ailleurs revenu sur ce retour avorté à Geoffroy-Guichard. 

De 2002 à 2009, Bafétimbi Gomis a fait le bonheur de l’ASSE. Une belle histoire qui aurait pu se reprendre il y a quelques mois de cela. En effet, cet hiver, le nom de l’international français a circulé chez les Verts, qui étaient à la recherche d’un buteur pour Pascal Dupraz. Finalement, cela ne s’est pas fait. Tandis que Gomis a plutôt fait son retour à Galatasaray, c’est Enzo Crivelli qui est venu répondre à ce besoin de l’ASSE en attaque. 

« On m'a fait comprendre que je n'étais pas le bienvenu »

Bafétimbi Gomis n’est donc pas revenu à l’ASSE cet hiver. Et à l’occasion d’un entretien accordé à But Football Club, l’ancien joueur des Verts s’est livré sur les coulisses de ce retour avorté. « J’étais vraiment proche de revenir ? J'avais eu le président Romeyer. J'avais eu Loïc (Perrin) aussi. Et c'est vrai que le discours de Roland m'avait fait fortement réfléchir. Ce n'était pas une question d'argent. J'avais envie de renvoyer l'ascenseur à ce club qui m'a tant apporté au début de ma carrière. Roland m'avait dit que j'étais le seul joueur encore en activité parmi ceux qui avaient fait remonter le club il y a 18 ans. Il avait su trouver les bons mots. J'avais reçu plusieurs propositions mais ce défi de sauver le club avait vraiment du sens à mes yeux. Malheureusement, ça n'a pas pu se faire. On m'a fait comprendre que je n'étais pas le bienvenu. Les supporters ? Du contexte. Quand les rumeurs sont sorties sur mon retour, j'ai compris que certains ne voulaient plus de moi ici. On a dit de moi que j'étais un traitre alors que je n'ai trahi personne quand j'ai été transféré à Lyon. Le club avait besoin d'argent et mon transfert en avait rapporté beaucoup. J'ai des enfants, j'ai ma famille. Je n'avais pas envie d'aller au devant de problèmes. Je suis venu à l'Etrat pour faire part de ma décision à Roland et Loïc, pour leur dire que j'étais désolé de ne pas pouvoir relever ce défi. Est-ce que j’ai eu peur de ce contexte ? Peur non. Mais il m'a refroidi. J'ai compris qu'il était plus sage de prendre un autre chemin. Et je suis revenu à Galatasaray, un club magnifique. Je suis très heureux ici, à Istanbul. J'ai marqué 9 buts depuis mon retour en Turquie et encore une fois je me dis que si j'étais revenu à « Sainté », peut-être qu'un seul aurait suffi, peut-être que j'aurais pu apporter dans le vestiaire. Je vais avoir 37 ans. J'aurais pu être le grand frère là où tout a commencé pour moi », a assuré Gomis

Articles liés