Accès direct au contenu

Vilain petit canard ?

EDF : Ben Arfa « ne se sent pas coupable »

Hatem Ben Arfa

Cible une nouvelle fois des critiques pour son comportement extra-sportif pendant l’Euro, Hatem Ben Arfa nie toutes les accusations qui lui ont été imputées et rejette l'étiquette de fauteur de trouble. Un de ses proches témoigne.

Pour son grand retour en Bleu, Hatem Ben Arfa a vu son passé français lui ressurgir en pleine figure. Les médias lui reprochant une nouvelle fois des problèmes de comportement au sein du vestiaire et avec Laurent Blanc, le sélectionneur. Des supputations que l’intéressé réfute en bloc. « Les critiques dont il est victime ne sont pas justifiées. Ca s’est très bien passé avec le groupe, le coach, avec tout le monde. Il ne se sent coupable de rien du tout, confie, irrité, un de ses proches. On fait des amalgames. C’est comme l’affaire Zahia, on met dans le même sac des joueurs qui n’ont rien à voir avec certains problèmes de comportement qui sont apparus. Il n’a rien fait du tout. Au contraire, il a été irréprochable, il était heureux d’être là, il avait tout le temps le sourire. Mais on essaie encore de le faire passer pour le vilain petit canard. »
 

« Psychologiquement, il n’est pas atteint »
Actuellement en vacances en Turquie, avant d’entamer une nouvelle saison avec Newcastle, Ben Arfa ne veut surtout pas réagir trop tôt aux critiques dont il est la cible pour ne pas relancer la polémique. « Là, il décompresse et il va s’exprimer sur site internet au moment opportun, rapporte toujours cet intime. Aujourd’hui il n’a aucun intérêt à parler car ça va se retourner contre lui, comme d’habitude. » Mais une chose est sûre, le meneur de jeu des Magpies n’est pas touché par toute cette controverse. « Psychologiquement, il n’est pas du tout atteint, confirme son proche. Ca fait partie du métier. Il est préparé à ça. Il a déjà connu ça de toute façon et en pire. Celui qui n’est pas capable d’encaisser ça, il faut qu’il change de métier. Il est juste ébranler par la défaite et déçu d’une seule chose : l’élimination. »