Accès direct au contenu

Cyclisme

Cyclisme : Warren Barguil affiche ses ambitions pour le prochain Tour de France !

Warren Barguil se confie sans détour sur ses objectifs en 2018, notamment sur le Tour de France.

Avec deux victoires d’étape et le maillot à pois du meilleur grimpeur du Tour de France en 2017, Warren Barguil sera l’un des hommes à suivre lors de la prochaine édition. Dans un long entretien accordé à Ouest-France ce lundi, la recrue de Fortuneo-Oscaro ne compte pas aller chercher le classement général, mais bel et bien réitérer ses performances sur cette année.

« Quand je serai prêt à viser la victoire au général, je le dirai, mais… »

« Le rêve de gagner le Tour ? Oui c’est clair. J’étais très frais en l’abordant et j’en suis sorti sans être fatigué. Cela m’a libéré, en fait. Dès le départ du Tour, j’avais dit à Sunweb que je partais, du coup je n’avais plus ce poids. J’ai fait un Tour comme je voulais, sans m’astreindre à jouer le général. C’est aussi ma blessure, suite à ma chute au Tour de Romandie, qui m’avait installé dans ce rôle. Sans cela, j’aurais été obligé de disputer le général. Le maillot jaune, c’est trop tôt ? Quand je serai prêt à viser la victoire au général, je le dirai, mais j’ai envie de revivre d’abord une saison comme 2017. J’ai bien progressé dans le contre-la-montre en terminant 19e du chrono de Marseille en fin de Tour. J’ai encore besoin de maturité. À 28-30 ans, ce sera le bon moment. Il faut aussi que toute la structure soit prête pour cela, à tous les niveaux dans l’équipe. L’objectif, ce sera de refaire ce que j’ai fait cette année. Être simplement attaquant. Cela dépend des équipes. Certaines ont besoin des points, des places, d’autres visent plutôt les étapes. Moi j’aime attaquer, prendre des risques. Ce qui peut être en balance c’est entre choisir une place dans les cinq premiers et une victoire d’étape, mais quand on fait 10e comme moi cette année, tout le monde s’en fiche. Cela marque moins qu’une victoire d’étape. Qui sait que j’ai déjà fait 9e du Tour d’Espagne. Ce qui marque le public, ce sont les victoires », annonce le Français.

Articles liés