Accès direct au contenu

Cyclisme

EXCLU - Cyclisme : Warren Barguil nous en dit plus sur l’arrivée de Quintana !

Leader d’Arkéa-Samsic lors des deux dernières années, Warren Bargui doit désormais partager l’affiche avec Nairo Quintana. Interviewé par nos soins, le Champion de France en titre évoque donc l’arrivée du Colombien au sein de la formation bretonne et ses premiers pas auprès de l’ancien pensionnaire de la Movistar. Entretien…

Vous avez remporté dix ans après le titre de Champion de France juniors, celui chez les professionnels, quelles étaient vos sensations après la ligne d’arrivée ?

Une victoire procure une montée d’adrénaline à chaque fois intense, mais quand on décroche une victoire aux Championnats de France c’est forcément encore plus haut et plus fort ! J’ai connu la joie de remporter un titre de Champion de France chez les juniors en 2009, et ce succès avait donné un véritable élan à ma carrière. Dix ans après, je remporte « LE TITRE » de champion de France (il appuie sur ces mots), celui des professionnels, celui qui ouvre une participation au Tour de France en bleu-blanc-rouge. Cette victoire aussi a sonné comme une forme de délivrance, après deux grosses chutes en début de saison. La joie était forte, immense, mais aucun mot ne pourra relater ce que j’ai ressenti une fois que j’ai franchi la ligne d’arrivée.

Vous abordez votre troisième saison chez Arkéa-Samsic, pouvez-vous nous en dire plus sur les changements au sein de l’équipe depuis quelques semaines ?

On sent que l’équipe passe des paliers saisons après saisons. Elle monte parfois d’un cran, parfois de plusieurs d’une année sur l’autre. Le recrutement 2020 a été de qualité, avec de très bons coureurs qui sont arrivés comme Nairo Quintana bien sûr, mais il ne faut pas oublier non plus Winner Anacona, Diego Rosa qui a déjà un très beau palmarès, et chez les sprinteurs, Nacer Bouhanni qui a déjà beaucoup gagné chez les pros. On sent que l’équipe veut faire partie des meilleures formations professionnelles au monde, et quand vous êtes un coureur et que vous voyez une telle ambition déployée de la part de tous au sein de l’équipe, vous ne pouvez que vous en réjouir.

Et donc l’arrivée de Quintana !

C’est une bonne chose. On va être deux à la tête de l’équipe, et forcément cette force collective doublée en termes de leadership va nous donner des opportunités à l’un et à l’autre. On se va se tirer mutuellement lui et moi vers le haut. Je ne vois que du bon dans notre association, la possibilité d’être deux pour peser sur certaines étapes, nous permettra de desserrer parfois l’étau posé par nos adversaires sur la course. Je suis en tout cas heureux de travailler avec un coureur comme Nairo. Je sais qu’il en va de même pour lui, pour avoir échangé avec lui.

Comment se sont déroulés les quelques jours de stage que vous avez passé ensemble ?

Nous avons appris à nous connaître ! Nairo est comme moi très méticuleux, très pro dans l’approche de son métier. Il est perfectionniste, et c’est ce que j’aime, car je m’applique aussi ce principe à moi-même. Nous nous découvrons, mais nous le ferons encore davantage lorsque nous serons en course ensemble comme sur le Tour de la Provence (13 au 16 février) ou encore Paris-Nice (8 au 15 mars).

Articles liés