Accès direct au contenu

Cyclisme

EXCLU - Cyclisme : Arkéa-Samsic, Tour de France… Les vérités de Nacer Bouhanni !

Arkéa-Samsic se sera montré actif lors de la période des transferts. L’équipe bretonne s’est attachée les services de Nairo Quintana, mais également de Nacer Bouhanni. Le sprinteur français en dit plus sur son arrivée pour Le 10 Sport, tout en revenant sur ses objectifs pour 2020, à l’image de la prochaine édition du Tour de France. Entretien...

Votre arrivée au sein de l’équipe Arkéa-Samsic constitue-t-elle un nouveau challenge ?

Ce qui est certain, c’est que j’ai beaucoup d’envies. Le projet qui m’a été présenté m’a de suite séduit. Je suis toujours un compétiteur, un gagneur. J’ai déjà relevé beaucoup de challenges au cours de ma carrière, gagné de belles courses. Je veux continuer dans cette voie avec ma nouvelle équipe Arkéa-Samsic, c’est sûr que porter un nouveau maillot, découvrir un nouveau staff, apprendre à connaître de nouveaux équipiers, c’est toujours excitant. Je sens de l’envie chez les uns et les autres, comme pour moi. On veut tous aller dans le même sens, réussir, performer, et oui c’est un challenge, mais pas seulement à titre individuel, plus collectif, je dirai.

Êtes-vous animé d’un esprit de revanche ?

Vous savez, accumuler des sentiments négatifs n’est jamais une bonne chose. On n’avance pas quand on est dans cette forme de spirale. Moi je suis quelqu’un qui regarde devant. Toujours ! Je préfère donc me tourner vers l’avenir. Je me le souhaite du meilleur possible, voilà tout.

Quelles ont été les coulisses de votre arrivée ?

Mon arrivée s’est faite normalement, sereinement au sein d’Arkéa-Samsic. J’avais plusieurs propositions, mais je voulais rester dans une équipe française. J’aime mon pays, et je ne me voyais pas trop partir à l’étranger en fait. Emmanuel Hubert m’avait déjà contacté au tout début de ma carrière, mais à ce moment-là, nos routes ne s’étaient pas croisées. Nous nous sommes rapprochés l’un de l’autre au fil de la saison 2019, avec des échanges qui ont augmenté au fur et à mesure, et arrivait la période des transferts. Emmanuel a confiance en moi, je le sais. Il me l’a dit, et cela compte beaucoup pour moi. Je marche à la confiance. Et moi le projet qu’il m’a présenté m’a séduit. Voilà…

Vos ambitions pour 2020, dont le Tour de France ?

Gagner, gagner et encore gagner ! Ce n’est un secret pour personne : l’un de mes grands rêves sportifs est de remporter un jour une étape sur les routes du Tour de France. J’ai toujours cette envie, cette ambition, et une fois qu’elle sera assouvie, je voudrais sans doute connaître d’autres fois ce bonheur. Maintenant, nous ne sommes qu’au début de saison 2020, le Tour est encore loin. On en reparlera le moment voulu…

Articles liés