Accès direct au contenu

Cyclisme

Cyclisme : «Cinq ou dix coureurs ont envie de faire sauter Froome»

Au même titre que Bernard Hinault, l'ancien coureur Miguel Indurain souhaiterait que le verdict de l’Union Cycliste Internationale prenne rapidement une décision sur l’affaire de dopage de Chris Froome alors que le Tour de France débutera bientôt.

« Je continue à dire ce que je dis depuis décembre. Je disais qu’il nous fallait une réponse rapide. Rapide, elle ne va pas l’être. Il nous faut encore une réponse. Ça serait catastrophique pour tout le monde, toutes les parties, s’il n’y avait pas de réponse avant le début du Tour de France. Il reste cinq semaines, il nous faut une réponse ». Confiait Christian Prudhomme au micro de RMC dernièrement. A l’approche du début de la Grande Boucle, le directeur du Tour de France envoyait donc un message clair à l’Union Cycliste Internationale, pour qu’elle communique un verdict final à la sanction ou non, de Christopher Froome. Le coureur de la Sky s’était administré une prise anormale de Salbutamol lors du Tour d’Espagne en décembre dernier. De nombreux témoignages ont depuis circulé dans les médias à l’instar de celui de Romain Bardet qui estimait qu’à la place du Britannique, il aurait honte de se présenter sur la ligne de départ du Tour de France.

« J’espère que la décision sera prise sous peu, car cela perturbe le monde du cyclisme »

Quintuple vainqueur de la compétition, Miguel Indurain milite pour que l’UCI rende sa décision publique, le plus tôt possible pour le bien de Chris Froome et du monde du vélo dans son ensemble. « Cinq ou dix coureurs ont une terrible envie de faire sauter Froome comme Tom Dumoulin, Mikel Landa, Nairo Quintana ou Romain Bardet. La situation est difficile aussi bien pour Froome que pour le fan de cyclisme, qui ne comprend pas vraiment les lois et les normes du mondes du sport. J’espère que la décision, bonne ou mauvaise, sera prise sous peu car cela perturbe le monde du cyclisme et les supporters ». a assuré l’ancien coureur espagnol à AS. David Lappartient, président de l’UCI, est prévenu. L’horloge tourne et toutes les parties commencent visiblement à s’impatienter...

Articles liés