NBA
NBA : Tony Parker clashe les Spurs, l’incroyable punchline
Jules Kutos-Bertin

Trois ans après avoir quitté la NBA, Tony Parker est toujours dans le basket, lui qui est propriétaire et président de l’ASVEL, double champion de France en titre. Présent aux Etats-Unis pour la Summer League, le quadruple champion NBA a lâché une déclaration étonnante sur les San Antonio Spurs et l’effectif de son ancienne franchise.

Si voir des joueurs français en NBA n’est plus une surprise en 2022, c’était presque un exploit en 2001. Lorsque Tony Parker est drafté en 28ème position par les San Antonio Spurs, personne ne s’attend à ce qu’il s’impose en NBA. Pourtant, Parker prend vite une place importante et rentre dans le cinq majeur de Gregg Popovich dès sa première saison aux Etats-Unis. La suite, tout le monde la connaît. Tony Parker entrera dans la légende des Spurs avec qui il glanera quatre titres de champion NBA.

Tony Parker se voit retourner en NBA

Trois ans après l’arrêt de sa carrière, Tony Parker ne profite pas vraiment de sa retraite. L’ancien meneur s’est reconverti en tant que président de club. Le champion d’Europe 2013 est actionnaire majoritaire et propriétaire de l’ASVEL, double champion de France en titre. Et à terme, TP se voit retourner en NBA. « J’aime bien le côté front office. Et un de ces jours, j’essaierai la NBA, mais pour l’instant, je veux rendre service à mon pays. J’ai pris beaucoup de plaisir à diriger l’équipe masculine et l’équipe féminine », confiait Tony Parker dans des propos relayés par Basket USA.

Avec Victor Wembanyama ?

De là à imaginer un retour aux Spurs ? C’est une possibilité. En attendant, Tony Parker peut les renseigner sur Victor Wembanyama, l’objectif de San Antonio pour la prochaine Draft. Annoncé pick 1 pour 2023, l’ailier fort français vient juste de quitter l’ASVEL, au grand regret de Tony Parker. « Le premier sentiment, le mot qui domine, c'est "dommage". Franchement, c'est un bon gamin. Il a vraiment une bonne attitude et c'est dommage qu'il ne nous ait pas donné l'opportunité de poursuivre. On était parti sur un projet de deux ans, on avait construit le truc sur deux ans et la saison prochaine, on allait passer à la vitesse supérieure et tout faire pour lui sur l'année 2 », regrettait le patron de l’ASVEL dernièrement. 

« Je vois ces noms et je me dis, ‘Mec, c’est qui ça ?’ »

Car si jamais les Spurs venaient à recruter Victor Wembanyama, Tony Parker connaîtrait au moins un joueur de l’effectif. Présent aux Etats-Unis pour la Summer League, TP a lâché une punchline qui n’a forcément plu aux fans des Spurs. « Je n’ai aucune idée de ce que nous faisons en tant que franchise, donc j’ai hâte d’avoir mon dîner avec coach Pop, le 20 juillet. J’ai vraiment hâte, afin de me remettre à jour au sujet de l’équipe et de ce nous essayons de faire. On a un roster très, très jeune, je ne connais pas 70% de l’équipe actuelle. Et je suis encore le basket-ball, je fais du scouting ! Je vois ces noms et je me dis, ‘Mec, c’est qui ça ?’ », a lâché Tony Parker dans des propos relayés par Parlons Basket. Pas de quoi entacher sa légende…

Articles liés