NBA
NBA : Gobert pas impressionnant pour l'un de ses nouveaux coéquipiers
Thomas Bourseau

Il n’avait connu que le Jazz et la ville de Utah depuis son arrivée aux États-Unis en 2013. Malgré sa volonté de réussir à rafler un titre de champion avec le Jazz, les échecs successifs de la franchise a débouché sur son trade chez les Timberwolves. Néanmoins, à Minnesota, Anthony Edwards n’est pas vraiment le plus grand fan du pivot français. 

Rudy Gobert et l’Utah Jazz c’est désormais terminé. Arrivé à l’été 2013, celui qui est surnommé Gobzilla s’est fait une place de premier choix au fil des saisons au sein de la franchise jusqu’à être reconnu par les observateurs comme étant l’un des « Big Men » les plus dominants de la NBA dans le domaine défensif. Et il a d’ailleurs reçu le respect de ses pairs puisque le médaillé d’argent avec l’Équipe de France aux Jeux Olympiques de Tokyo a été élu à trois reprises meilleur défenseur des saisons régulières de 2018, 2019 et 2021. En outre, après avoir exprimé son incompréhension concernant ses non-sélections aux All-Star Games, Rudy Gobert a été sélectionné pour les trois dernières éditions. À 30 ans, Gobert est devenu un élément à la forte renommée au sein de la NBA, le moment de donner un nouvel élan à sa carrière. 

Rudy Gobert voulait continuer à se battre à Utah pour remporter un titre de champion 

« Quand je suis arrivé il y a 9 ans, je voulais gagner un titre, ça n’a pas changé. Je veux encore gagner, mais certaines choses ne dépendent pas de moi. Je ferai tout pour être le meilleur possible sur le parquet, et jouer pour gagner. Je ne peux pas contrôler le reste ». Bien qu’il ait fait part de sa volonté de continuer à travailler avec ses coéquipiers pour gagner une bague de champion NBA avec l’Utah Jazz après l’élimination du Jazz en Play-Offs, Rudy Gobert a finalement dû faire ses adieux à la franchise. 

Gobert fait ses adieux à Utah 

En effet, dans la nuit de vendredi à samedi, il a été annoncé par ESPN et L’Équipe que Gobert n’allait pas rester à Utah pour la simple et bonne raison qu’il était échangé par la franchise. Direction le Minnesota et les Timberwolves de Karl-Anthony Towns. Pour mener à bien ce trade, les Wolves ont dû offrir Malik Beasley, Patrick Beverley, Walker Kessler, Jarred Vanderbilt, Leandro Bolmaro ainsi que plusieurs choix du premier tour de draft. L’occasion pour Rudy Gobert de faire ses adieux à la seule franchise qu’il avait connu en NBA jusqu’ici. « Utah ! J’étais juste un gamin quand je suis arrivé il y a 9 ans, mais j’ai été soutenu et adopté dès le premier jour. J’y suis devenu adulte comme homme et comme joueur sous vos yeux, et je vous remercie pour chaque moment passé là-bas. Utah et sa communauté auront toujours une place particulière dans mon coeur. Merci. L’aventure continue… ». 

Anthony Edwards n’est absolument pas impressionné par les qualités défensives de Rudy Gobert 

Place à un nouveau challenge chez les Minnesota Timberwolves qui ont vu des joueurs tels que Zach Lavine et Andrew Wiggins passer ces dernières années. Seul Karl-Anthony Towns est resté au sein de la franchise. De quoi permettre à Rudy Gobert d’évoluer aux côtés d’un autre « big man » pour les saisons à venir. Chez les Timberwolves, celui qui est surnommé KAT est épaulé depuis 2020 par Anthony Edwards, numéro 1 de la draft de 2020. Et ce dernier avait tenu des propos peu chaleureux envers Rudy Gobert en décembre dernier. « Je pense qu’il rentre dans la tête des gars. Il ne connaît même pas les shoots. Les gars allaient au cercle, puis tout à coup ils étaient genre : « Oh il y a Rudy Gobert ». Je leur réponds qu’il est pareil que n’importe qui. Pour moi, le meilleur protecteur du cercle, c’est (Kristaps) Porzingis. À chaque fois que j’affronte Porzingis, je n’ai pas de lay-ups. Je ne comprends pas pourquoi nous ne pouvons pas finir face à Gobert. Il ne me fait pas peur. Je ne sais pas pourquoi ». Voici ce qu’avait déclaré Anthony Edwards en conférence de presse après d’énormes maladresses des Minnesota Timberwolves face à l’Utah Jazz dans la raquette. Reste à savoir si une certaine rancune s’installera à l’arrivée de Rudy Gobert au training camp pour la pré-saison. 

Articles liés