Accès direct au contenu

Tennis

Tennis - Roger Federer : «Bien sûr qu’il y aura un vide sans moi et Nadal, mais…»

Roger Federer se prononce sur le fait que son départ des courts comptera forcément, à l'image de celui de Rafael Nadal.

En collectionnant les titres depuis leur début respectif dans le petit monde du tennis professionnel, Roger Federer et Rafael Nadal restent des véritables fers de lance pour la discipline. Dans une longue interview dans les colonnes de L’Équipe ce dimanche, le Suisse admet que son départ, ainsi que celui de Nadal, laissera un vide, tout en se prononçant sur leurs successeurs annoncés, à l’instar d’Alexander Zverev, Grigor Dimitrov ou Marin Cilic.

« Ça pourra durer six mois ou six ans, on n’en sait rien, mais je n’ai pas peur pour le tennis »

« Bien sûr qu’il va y avoir un vide, un ajustement. Ça pourra durer six mois ou six ans, on n’en sait rien, mais je n’ai pas peur pour le tennis, car le tennis crée toujours de nouvelles superstars. Chaque pays a ses stars et on a quatre tournois du Grand Chelem par an, le Masters, la Coupe Davis, la Laver Cup, les Masters 1000, et, quoi qu’il arrive, ces tournois auront des vainqueurs. De nouvelles rivalités vont naître. De nouvelles stars vont émerger et déverrouiller leur potentiel. Chanceux ou pas, un joueur a toujours besoin de gagner quelque chose pour s’installer, comme Dimitrov au Masters ou Zverev en Masters 1000 l’an passé ; quand ces joueurs-là arriveront en finale, ils se diront : je peux gagner ça, comme moi après avoir gagné à Hambourg en 2002. Jusqu’à présent, tout était verrouillé, il y avait comme un blocage. Mais comme ça s’est passé pour Stan (Wawrinka), qui a continué à gagner des tournois du Grand Chelem après l’Open d’Australie 2014, ou Cilic, qui a gagné Cincinnati après l’US Open 2014, il se passe des choses derrière. Je ne m’inquiète pas. Il y a des personnalités super, beaucoup de talents, qui étaient jusqu’alors étouffés », admet Roger Federer.

Articles liés